Déconfinement : des associations demandent le renouvellement en 2021 du "coup de pouce vélo" de 50 euros pour les usagers

À l'occasion du premier déconfinement, le gouvernement avait mis en place une prime de 50 euros pour faire réparer son vélo, dans le cadre du programme "Coup de Pouce Vélo". Dans une tribune, 16 associations soulignent "le concept d'économie solidaire car il favorise la réparation et le ré-emploi".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une femme circulant à vélo dans le centre-ville de Saint-Etienne (Loire), le 22 octobre 2020. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Des associations de promotion du vélo et des associations environnementales demandent au gouvernement de reconduire en 2021 le "coup de pouce vélo" de 50 euros qui permet aux usagers de faire réparer leur bicyclette.

Dans une tribune publiée mardi 24 novembre et que franceinfo a pu consulter, les 16 associations soulignent que ce dispositif "a déjà permis de créer plus de 500 postes, tout en donnant du pouvoir d’achat et de la mobilité à près d’un million de personnes". Il incarne "le concept d'économie solidaire car il favorise la réparation et le ré-emploi".

Le "coup de pouce vélo" a été lancé le 11 mai 2020 à l'occasion du premier déconfinement par le ministère de la Transition écologique et solidaire, en partenariat avec la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB). Il vise à encourager l'usage du vélo comme moyen de transport. Depuis son lancement, plus de 900 000 vélos ont pu être réparés grâce à ce dispositif qui doit s'arrêter le 31 décembre 2020. Le ministère de l'Economie n'a pas prévu, pour le moment de le prolonger.

Investir dans l'innovation du vélo



Dans cette tribune, les associations demandent également à l'Etat d'abonder "le fonds vélo de 100 millions d’euros supplémentaires dès 2021" afin de "sécuriser le financement de la pérennisation promise des aménagements de transition".
Les signataires proposent par ailleurs "d’investir massivement dans l’innovation vélo afin de réconcilier progrès et sobriété", citant notamment "vélomobiles, vélo-taxi, vélos-cargo, ou vélos en fibre de carbone". Pour accompagner les changements de mobilité, il faut aussi donner "les moyens aux employeurs d’installer du stationnement vélo sécurisé".

"La pandémie nous a collectivement fait prendre conscience des carences de notre politique de prévention santé. Or, il n’y pas de meilleure prévention primaire qu’une activité physique quotidienne, comme la pratique régulière du vélo", souligne la tribune. Les acteurs du vélo estiment que "le vélo est plus que jamais un geste barrière à ne pas négliger pour améliorer la qualité de l’air, limiter la pandémie et surtout faciliter le (ou les) déconfinement(s) à venir".

Seize associations ont cosigné cette tribune intitulée "Plein d’idées pour mettre la France en selle à l’occasion des futurs déconfinements" :

Vélo & Territoires, Fédération Française de Cyclotourisme, Mountain Bikers Foundation, Association Pour le développement des Véloroutes et Voies Vertes de France, Fédération Nationale des Usagers des Transport, Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace France, Alofa Tuvalu, Virage Energie, Réseau Action Climat, Syndicat National des Moniteurs Cyclistes Français, Club Villes & Territoires Cyclables, Fédération des Usagers de la Bicyclette, Union des entreprises de la filière du Sport, des Loisirs, du Cycle et de la Mobilité Active, France Nature Environnement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.