Cet article date de plus d'un an.

Déconfinement : "À partir du jeudi de l'Ascension nous allons sévir", prévient le maire de Saint-Malo après "des comportements inappropriés" sur les plages de sa commune

Les plages de Saint-Malo sont accessibles de manière dynamique - il ne faut pas y rester statique ou poser sa serviette pour bronzer ou pique-niquer -, et ce par dérogation du préfet.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La ville de Saint-Malo lors des grandes marées. Vue des façades de la ville en front de mer. Février 2020. (BENJAMIN FONTAINE / FRANCE-BLEU ARMORIQUE)

Le maire de Saint-Malo, en Ille-et-Vilaine, menace de sanctions ceux qui ne respectent pas les règles sanitaires sur les plages de la commune ouvertes au public depuis samedi 15 mai, rapporte mardi 19 mai France Bleu Armorique. Claude Renoult est en colère, car il a constaté lors du premier week-end de déconfinement de nombreux manquements aux mesures barrières.

Si le maire de la cité corsaire évoque la grandeur des plages de Saint-Malo ("4 km, ce qui permet de respecter les règles de distanciation"), il constate également qu'il y a eu "aussi des comportements inappropriés". "On a fait de la pédagogie pendant le premier week-end, mais maintenant il y aura de la répression". Les plages de Saint-Malo sont accessibles de manière dynamique - il ne faut pas y rester statique ou poser sa serviette pour bronzer ou pique-niquer -, et ce par dérogation du préfet.

"Je l'ai défendue et l'ai obtenue", rappelle l'élu breton. "Mais il faut que la règle soit respectée, donc après la prévention, à partir du jeudi de l'Ascension, nous allons sévir", poursuit Claude Renoult.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.