Déconfinement : 95% des Français affirment respecter les gestes barrières et les mesures de sécurité, selon notre sondage

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 14 mai, une grande majorité de Français sont en revanche beaucoup plus méfiants en ce qui concerne les gestes des autres.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Des passants portant un masque au marché avenue de Saxe à Paris, le 14 mai 2020 (LUDOVIC MARIN / AFP)

La quasi-totalité des Français (95%) assurent respecter les gestes barrières et les mesures de sécurité en cette période de déconfinement. S'ils sont une large majorité à approuver les mesures sanitaires, leur avis est bien plus partagé sur les restrictions de circulation et les fermetures des parcs et des plages. Quant à leur moral, il reste le même malgré le déconfinement. Les Français semblent ni plus, ni moins heureux que pendant le confinement. Ce sont les enseignements qui ressorent du sondage* Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi 14 mai. 

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Si plus de la moitié des Français estiment qu'ils respectent très bien les consignes pour éviter la propagation du coronavirus, ils sont en revanche plus circonspects en ce qui concerne les autres. Les trois quarts (77%) estiment que leurs voisins ou les personnes qu'ils sont amenés à côtoyer respectent très bien ou assez bien les mesures de sécurité. Selon le sondage, les Français sont carrément plus suspicieux sur ceux qu'ils ne connaissent pas. 49% pensent que leurs concitoyens dans leur ensemble ne respectent pas les gestes barrières et les mesures de sécurité.

Rassurés au travail, pas dans les transports

Plus globalement le déconfinement se passe plutôt bien sur le plan sécuritaire. Selon l'enquête, plus des trois quarts des Français (78%) jugent très bon le niveau de sécurité mis en œuvre dans les entreprises, dans des proportions équivalentes qu'ils soient cadres (79%) ou ouvrier (75%). En ce qui concerne les écoles, six sur dix (60%) pense que le niveau de sécurité y est satisfaisant.

La défiance est plus grande en revanche envers les transports en commun. Plus de la moitié des personnes interrogées (52%) jugent le niveau de sécurité assez insatisfaisant, voir très insatisfaisant. En Ile-de-France, le niveau d'insatisfaction est même de 55%. Reste que la reprise reste plus positive que prévue. La semaine dernière, seulement 25% des Français pensaient que le niveau de sécurité dans les transports serait satisfaisant.

Partagés sur les restrictions de circulation

Les Français restent favorables à certaines contraintes à caractère sanitaires mais restent plus partagés sur les restrictions de circulation. L’obligation du port du masque dans les transports est ainsi plébiscitée par 95% des Français. Ils acceptent également largement la limitation des rassemblement amicaux à 10 personnes. Ils sont huit sur dix (79%) à l'approuver.

En revanche, la limitation des déplacements à 100 kilomètres du domicile ou le maintien de la fermeture des bars et des restaurants ne sont acceptés que par à peine plus de la moitié des personnes interrogées (53%). Concernant les plages, les Français sont hostiles au maintien de leur fermeture : 57% des personnes interrogées y sont opposés, à l'heure où de nombreuses communes commencent à les rouvrir pour s'y promener. Enfin six Français sur dix (59%) sont contre le maintien de la fermeture des parcs et jardins.

Ni plus, ni moins heureux depuis le déconfinement

Concernant le moral des Français, le déconfinement n'est pas synonyme de bonheur. Seuls 20% se sentent plus heureux qu'avant le 11 mai. Sept personnes sur dix (72%) se disent ni plus heureux, ni moins heureux que pendant le confinement. 8% sont même moins heureux qu'avant. Cet état d'esprit est partagé de façon relativement équivalente quelles que soient les tranches d'âges, les catégories sociales et même selon les lieux de vie. Les habitants des grandes villes se sentent à peine plus heureux qu'à la campagne (22% des citadins se disent plus heureux, contre 18% en milieu rural). La semaine dernière, les deux tiers des personnes interrogées disaient pourtant souhaiter ce déconfinement.

Pas plus de sorties qu'avant le 11 mai 

Si le moral des Français a peu évolué, c'est qu'ils n'ont pas tous repris leur vie d'avant. Les deux tiers des personnes interrogées (65%) avouent ne pas être sorties plus souvent ou plus longtemps de chez elles et ne pas avoir revu leur famille ou des amis. Sept sur dix (69%) ne sont pas retournés sur leur lieu de travail même une partie du temps. Et près de sept sur dix (68%) ne se sont pas rendus dans des commerces non-alimentaires. 

Enfin parmi les personnes concernées par la reprise de l'école, plus de huit Français sur dix (83%), reconnaissent ne pas avoir envoyé leur enfant en classe, à l'heure où un million et demi d'élèves ont repris progressivement le chemin de l'école depuis mardi. A noter que ce sont les catégories socio-professionnelles supérieures qui ont le plus remis leur enfant à l'école (25% d'entre eux) alors que les ménages les plus modestes ne sont que 16% à l'avoir fait.

*Cette enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro a été réalisée par internet les 13 et 14 mai 2020, sur un échantillon de 1 002 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.