Début annoncé de la campagne vaccinale en Europe : “Le rôle des médecins de ville sera crucial”, estime le docteur Jérôme Marty

En attendant la validation de la Commission européenne, l'Agence européenne des médicaments a donné son feu vert ce lundi concernant le vaccin des firmes Pfizer et BioNTech. Un pas de plus vers le début de la campagne de vaccination en Europe et une décision saluée par Jérôme Marty, président du Syndicat de l’Union française pour une médecine libre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

L’Agence européenne des médicaments a autorisé ce lundi 21 décembre l’utilisation du vaccin des firmes Pfizer et BioNTech. La campagne pourra démarrer d’ici à la fin de l’année 2020. Il s’agit d’une recommandation, la décision finale revenant à la Commission européenne, dont la réponse est attendue dès ce lundi soir. Jérôme Marty, président du Syndicat de l’Union française pour une médecine libre, salue sur franceinfo "une excellente nouvelle".

Quelle est votre réaction à l’annonce de l’Agence européenne des médicaments ?

C’est une excellente nouvelle le début de cette campagne vaccinale. On va pouvoir accélérer les choses et le calendrier pour voir un début de sortie de crise que nous vivons. D’autant plus lorsque l’on sait que les mutations observées comme au Royaume-Uni n’ont a priori pas d’incidence sur l’efficacité du vaccin. Il faut accélérer la campagne à présent.

Quel sera le rôle des médecins de ville ?

Le rôle des médecins de ville est crucial, indispensable pour cette campagne vaccinale, du fait de la relation de confiance que nous avons avec nos patients. Il faut leur expliquer les tenants et les aboutissants du vaccin. Il faudra mettre en place les lieux de vaccination, vu les conditions de stockage du vaccin, en-dessous de 70°C, et à moins de 5°C pendant quelques jours. D’autant que c’est un vaccin multidoses, il faudra qu’on centralise les vaccinations.

Sommes-nous prêts pour commencer la campagne ?

On va commencer dans les Ehpad, avec des patients qui ne sont pas en capacité de donner leur consentement aux vaccins. La personne de confiance dans les familles n’est pas forcément d’accord avec les autres membres de la famille, ce sera un vrai défi. Par la suite, pour les autres Français, la position la plus intelligente, serait de se servir des centres Covid pour les mettre à profit en vue de la vaccination.

Vos patients vous posent-ils des questions ?

Quasiment à chaque consultation. Ceux que nous voyons dans les cabinets ne sont pas prioritaires dans le calendrier mais sont, dans l’immense majorité, d’accord avec le principe de la vaccination. Il faut insister sur le fait que cela se fera par étapes.