Le conseil culture, France info

Culture d'info. "Le Sucre", un film culte avec Michel Piccoli, et United We Stream, une plateforme pour faire revivre les clubs techno

Dans les recommandations culture de franceinfo, un film méconnu mais magistral avec Michel Piccoli, et une initiative qui diffuse des "DJ sets" en live depuis des clubs fermés pour cause de crise du coronavirus.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Gérard Depardieu et Michel Piccoli dans \"Le Sucre\" (1978).
Gérard Depardieu et Michel Piccoli dans "Le Sucre" (1978). (GAUMONT / CINEPRODUCTION / SFP)

Chaque jour, franceinfo conseille de la lecture, de la musique, des expos, des séries ou des films.

"Le Sucre", de Jacques Rouffio, une comédie acide sur le capitalisme financier

Dans l'immense filmographie de l'acteur Michel Piccoli, disparu lundi 18 mai à l'âge de 94 ansLe Sucre a une place à part. Trois ans après le succès de Sept morts sur ordonnance, il retrouve Jacques Rouffio. Mais on retiendra plus le précédent avant que Le Sucre ne devienne un film culte, notamment grâce à la prestation de Piccoli. C'est aussi le début d'une grande complicité entre Jean Carmet et Gérard Depardieu.

En 1978, la France s'enfonce dans la crise et le cinéma s'en inspire. Le Sucre ose un ton cynique, Jacques Rouffio fait d'une tragédie inspirée de faits réels, une comédie acide, une farce sur l'immoralité du capitalisme financier. Un petit épargnant, Jean Carmet, place l'héritage de sa femme sur les conseils d'un courtier affabulateur, Gérard Depardieu, qui le pousse à spéculer sur le sucre, la rumeur annonçant une pénurie de cette matière première, ce qui est effectivement arrivé en 1974. 

Anticipant les années 1980 et le règne de l'argent roi, Le Sucre montre comment les spéculateurs initiés s'en sortent toujours aux dépens des petits épargnant avec la complicité de l'Etat. Dans cette arnaque, ce jeu de dupes, Michel Piccoli tient un rôle clef, il est Grézillo, grand industriel du sucre, qui tient dans sa main banquiers et ministres. C'est lui qui décide de l'apparence physique de son personnage. Il sera crane rasé, ses sourcils noirs font ressortir un regard fou et quand il tance ses partenaires financiers, il parle de lui à la troisième personne.

Là où d'autres acteurs seraient tombés dans la caricature pour dénoncer la perfidie de son personnage, Michel Piccoli, atteint des sommets dans le jeu. Effrayant, colérique, séducteur ou distant, il déploie tout son talent sachant utiliser précisément ce que le théâtre lui a apporté dans la puissance mais sans emphase. Bien des années plus tard, Le Sucre est reconnu comme annonciateur des crises financières et reste l'un des rôles les plus forts de Michel Piccoli.

United We Stream, une plateforme en ligne qui fait revivre les clubs à l'arrêt

Comme souvent en matière de clubbing et de techno, tout est parti de Berlin.
Là-bas, les discothèques font vivre la ville, attirant des clubbers du monde entier chaque week-end. Fermées, elles ont dû se réinventer alors certaines des plus célèbres, le Berghain, le Trésor, le Wilde Renate, ont accueilli avec l’énergie du désespoir l’initiative de la plateforme en ligne United We Stream. Chaque soir du jeudi au dimanche, plusieurs DJs investissent un club désert pour une retransmission en direct sur Internet.

Une quarantaine de villes européennes accueillent désormais le dispositif. Après Berlin, Manchester, Amsterdam, Madrid ou Stockholm, Paris rejoindra la plateforme dès le 5 juin prochain. United We Stream fait revivre bars et clubs à l’arrêt total. Une aide ponctuelle et symbolique pour un secteur en grande souffrance. "C'est une question de survie", explique Tommy Vaudecrane, président de Technopol qui fédère les lieux de vie nocturne, à l’origine de l’installation de United We Stream en France. "Là, ils n'ont plus aucun revenu. Certains risquent de ne pas rouvrir apres cette crise. L'économie est déja très, très fragile, très contraignante d'un point de vue de l'emploi. Avec deux mois d'arrêt d'activité total et des charges qui sont maintenues pour beaucoup, il y a un fort risque. Premier à fermer, derniers à rouvrir, mais quand ? ça on ne nous le dit pas..."

Petit Bain, le Wanderlust, le Badaboum, Glazart, le Rex, autant de lieux parisiens qui accueilleront des artistes variés comme Maud Geffray, Arnaud Rebotini, Boombass : la liste est dévoilée lundi 25 mai. Les concerts seront produits et diffusés grâce à Arte Concert et United We Stream captera aussi des dons qui iront aux artistes oubliés des dispositifs d’aides.

"Evidemment, on sera ravi de pouvoir répartir le plus de fonds possibles, mais on est bien conscient que ce n'est pas cette initiative qui va sortir les clubs de cette catastrophe économique", souligne le président de Technopol qui insiste sur le rôle des acteurs publics et des assurances pour y faire face. "Le ministère de la Culture évidemment, mais aussi le ministère de l'Economie et les compagnies d'assurances puisque pour l'instant il y a des débats encore un petit peu difficiles avec les compagnies d'assurances." Sans aucune perspective de réouverture, les pertes pour  le monde de la nuit en France se chiffrent en centaines de millions d’euros. Pour l’instant, les fêtes resteront donc partout à domicile.

Gérard Depardieu et Michel Piccoli dans \"Le Sucre\" (1978).
Gérard Depardieu et Michel Piccoli dans "Le Sucre" (1978). (GAUMONT / CINEPRODUCTION / SFP)