Covid : les règles établies par le Tour de France vont "favoriser les super propagations au sein du peloton", alerte l'épidémiologiste Antoine Flahault

Selon l'épidémiologiste Antoine Flahault, autoriser les coureurs positifs au Covid-19 à se maintenir dans la course est contre-productif, car peu de personnes infectées sont asymptomatiques avec le variant BA5, actuellement majoritaire en France.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Antoine Flahault, le 10 mars 2006, à La Réunion. (RICHARD BOUHET / AFP)

Alors que le Tour de France 2022 part du Danemark vendredi, la Grande Boucle est menacée par la circulation active du Covid-19. Pour y faire face, l'organisation du Tour a mis en place un certain nombre de règles, comme le maintien dans la course, s'ils le souhaitent, des coureurs positifs au Covid-19.

>> Tour de France 2022 : les coureurs positifs au Covid-19 pourront être autorisés à rester dans la course

 Pour l'épidémiologiste Antoine Flahault, interrogé mercredi 29 juin sur franceinfo la règle est contre-productive, car peu de personnes infectées sont asymptomatiques avec le variant BA5, majoritaire en France.

Cette règle de l'organisation du Tour de France est jugée "étonnante" par Antoine Flahault, car le virus va "mettre au tapis" les coureurs "pendant trois ou quatre jours". "Cela va favoriser des super propagations" du virus "au sein du peloton". Les coureurs "devraient s'isoler" pour ne pas mettre en danger les équipes.

Il faut remettre le masque "dans tous les lieux clos"

Il demande par ailleurs de remettre le masque "dans tous les lieux clos, y compris les transports", et aux autorités d'"améliorer la qualité de l'air dans les espaces intérieurs". 

Pour Antoine Flahault, il faut remettre les masques dans ces lieux clos "jusqu'à ce que le pic des contaminations redescende". Par lieux clos, il entend tous les lieux "qui reçoivent du public, comme les amphithéâtres, les salles de réunion et les écoles". Pour l'heure le gouvernement s'en tient aux recommandations, mais n'oblige pas à nouveau à porter le masque notamment dans les transports.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.