Covid-19 : une unité de soins mobile arrive en renfort au centre hospitalier de Bayonne

Embarqué sur un camion, l'hôpital mobile du CHU de Toulouse est envoyé à Bayonne, lundi 9 novembre, pour faire face à l'afflux de patients Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'unité mobile du Centre de réponse à la catastrophe du CHU de Toulouse, le 8 novembre 2020. (STEPHANE IGLESIS / FRANCE INFO / RADIO FRANCE)

C'est un équipement stratégique qui est envoyé à l'hôpital de Bayonne, lundi 9 novembre, pour faire face à l'épidémie de Covid-19. Une unité mobile financée en grande partie par l'Union européenne et gérée par le Centre de réponse à la catastrophe du CHU de Toulouse.

Spécialisée dans la gestion d'attentats

Monté sur un camion, cet hôpital mesure six mètres de long, il est composé de cinq boxes médicalisés, pour un poids de dix tonnes. Le module est spécialisé notamment dans la gestion d'attentats, et sera essentiellement utilisé en zone frontalière avec l’Espagne et l’Andorre.

Il faut vingt minutes pour installer l'unité mobile du CHU de Toulouse, alors qu'il avait fallu quatre jours pour déployer l'hôpital de campagne de Mulhouse au printemps dernier. Pour Vincent Bounes, le directeur du Samu 31 (Haute-Garonne), cela change tout : "Ça a deux exigences : la rapidité de mise en oeuvre et l'autonomie totale."

On n'est reliés à rien, il n'y a pas de réseau autour mais pourtant on a de l'eau, de l'électricité, de l'oxygène, les brancards, tout ce qu'il faut.

Vincent Bounes

à franceinfo

Thomas Pardon est infirmier du Samu 31. Avec cet hôpital mobile, il travaille comme "à la maison" : "On peut installer de quoi ventiler un malade, un respirateur, des bouteilles d'oxygène, tous les systèmes de perfusion, de pousse-seringues électriques, etc. On peut gérer un malade de réanimation ici."

Pensé pour prendre en charge des victimes d'attentat, l'hôpital mobile s'adapte donc à la crise sanitaire. D'autres exemplaires devraient voir le jour dans les années à venir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.