Covid-19 : "Personne ne supportera" un reconfinement, alerte le président des chambres de commerce et d’industrie

Le gouvernement envisage plusieurs hypothèses pour freiner l'épidémie de coronavirus, dont un nouveau confinement. Les commerçants s'inquiètent.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La rue Esquermoise, à Lille, l'une des principales artères commerçantes où les magasins sont fermés pendant la période de confinement liée à l'épidémie de coronavirus. (STÉPHANE BARBEREAU / RADIOFRANCE)

"On est arrivé à un seuil de résistance psychologique de nos commerçants", a alerté jeudi 28 janvier sur franceinfo Pierre Goguet, président de CCI France, la tête de réseau des chambres de commerce et d’industrie en France, alors que le gouvernement n’exclut pas un confinement "très serré" dans les prochains jours pour contrer l’épidémie de coronavirus. "Personne ne le supportera. On a des détresses morales extrêmement graves", a-t-il prévenu.

franceinfo : Supporteriez-vous un reconfinement plus strict ?

Pierre Goguet : On n’envisage pas que les commerces puissent refermer. Ce n'est pas possible. On est arrivé à un seuil de résistance psychologique de nos commerçants. On n'est même plus dans la différenciation entre les commerces essentiels et ceux jugés pas essentiels. Il s'agit de commerçants qui sont responsables, qui ont mis en place maintenant depuis de longues semaines toutes les mesures sanitaires de protection, qui ont mis en place des circuits de distribution. Je pense au "click and collect", à la livraison pour compléter leur activité. Et là, on va à nouveau changer ça, bloquer tout ça. Déjà, rien que le couvre-feu à 18 heures généralisé, cela a été moins 25% sur leurs activités.

-25%, c’est la conséquence du couvre-feu ?

C’est une moyenne. On a des décrochages de -50 %. Des restaurateurs qui avaient réussi à mettre en place le "click and collect" pour essayer de rattraper un peu de leurs activités ont des chutes de plus de 50% à cause du couvre-feu. Même des procédures installées pour répondre au contexte sont remises en cause régulièrement. Et franchement, personne ne le supportera. On a mis en place des soutiens psychologiques de nos commerçants. On a des détresses morales extrêmement graves.

Les soldes vous aident à remonter la pente ?

On n'est pas sur des volumétries importantes, mais on retrouve des fréquentations qui rappellent une activité, si je peux oser le mot, "normale". Mais les soldes démarrent tout juste depuis une semaine. Si le reconfinement démarre de suite, c'est trois semaines de soldes avec une possibilité d'écouler les stocks qui s'envolent. Et des problèmes de trésorerie qui repartent à la hausse. Donc oui, on est maintenant à un seuil de résistance. Si on va plus loin, cette résistance tombe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.