Covid-19 : un joueur d'Amiens va rejoindre le club de football de Wuhan en Chine, berceau du virus

Un transfert pour le moins surprenant en pleine épidémie mondiale de coronavirus. Le club chinois a su se montrer convaincant, avec un salaire mensuel démultiplié.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le milieu de terrain d'Amiens Eddy Gnahoré va rejoindre le FC Wuhan Zall (photo d'illustration, le 8 décembre 2018). (FRED TANNEAU / AFP)

Un accord improbable : le club de Ligue 1 de football d'Amiens va prêter Eddy Gnahoré au club de Wuhan, une ville chinoise désormais connue comme le point de départ de l'épidémie de coronavirus Covid-19.  

Amiens souhaitait en effet se séparer de deux joueurs lors du mercato hivernal, dont Eddy Gnahoré. Arrivé d'Italie il y a un an et demi, ce milieu de terrain de 26 ans n'entrait plus dans les plans de l'entraîneur picard, Luka Elsner. Avant-dernier de Ligue 1, le club amiénois souhaitait aussi se donner un peu de marge financière afin de recruter en vue d'une fin de saison difficile. Problème, la date limite du mercato hivernal a été atteinte fin janvier. Eddy Gnahoré avait eu des contacts avec Rennes ou le Werder Brême, mais rien ne s'est concrétisé dans les temps.  

La Chine, ultime solution  

Restait la solution des clubs chinois, dont la saison n'a pas encore commencé. Et là intervient la carotte financière. Amiens et le club de Wuhan ont en effet négocié un prêt payant, c'est-à-dire que le club chinois rétribue à la fois Amiens et le joueur. Pour convaincre Eddy Gnahoré, le FC Whuan Zall a mis sur la table une prime de 100 000 euros et un salaire nettement supérieur. On parle d'une rétribution mensuelle multipliée par trois ou quatre. Eddy Gnahoré n'a pas eu besoin de rejoindre tout de suite la province de Wuhan, puisque l'équipe était en stage de présaison à Madrid. Le championnat de première division chinoise n'a d'ailleurs toujours pas repris, le coup d'envoi de la saison prévu le 22 février ayant été repoussé pour cause de coronavirus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.