Covid-19 : un cas de variant confirmé à Mayotte, les liaisons sont suspendues dès dimanche

Le variant SARS-CoV-2 501.V2, détecté en Afrique du Sud, a été identifié sur l'île. Les déplacements entre Mayotte, la Métropole et La Réunion ne sont autorisés que pour "motifs impérieux".

 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un patient atteint du Covid-19 est pris en charge à l'hôpital de Mamoudzou, à Mayotte, le 11 juin 2020. (ALI AL-DAHER / AFP)

C'est une première. Un cas de variant du coronavirus a été détecté à Mayotte. Les autorités ont aussitôt décidé de suspendre les liaisons maritimes et aériennes internationales pour 15 jours à partir de dimanche, a annoncé samedi 16 janvier la préfecture. "Après analyse des prélèvements adressés par l'ARS à l'institut Pasteur de Paris, un premier cas du variant SARS-CoV-2 501.V2 [apparu en Afrique du Sud] a été détecté vendredi" et a été isolé, indique la préfecture. Le traçage des cas contacts a été mis en place pour les isoler également.

Les déplacements entre Mayotte, la Métropole et La Réunion ne sont autorisés que pour "motifs impérieux", ajoute la préfecture dans un communiqué. "En raison de l'évolution sanitaire, le préfet décide donc de suspendre les liaisons maritimes et aériennes internationales à compter du dimanche 17 janvier pour une durée de 15 jours", selon cette même source.

Une "personne ayant voyagé aux Comores"

Pour sa part, la directrice de l'Agence régionale de santé (ARS) de Mayotte, Dominique Voynet, a précisé qu'il s'agissait d'une "personne ayant voyagé aux Comores". Des campagnes de tests vont être réalisées dans les localités où l'on observe une augmentation anormale des cas de Covid-19, l'ARS n'excluant pas l'instauration d'un couvre-feu. "Cela nous pend au nez, et ce avant-même l'apparition de ce variant sud-africain", a expliqué Dominique Voynet.

Par conséquent, elle recommande plus que jamais aux Mahorais de respecter les gestes barrières, de porter le masque et d'éviter les rassemblements festifs, trop nombreux ces derniers jours à Mayotte.

Après la confirmation de ce premier cas, le député (LR) Mansour Kamardine a "réitéré ses demandes d'accélération de mise en oeuvre du plan vaccinal à Mayotte, d'organisation d'un blocus des arrivées des kwassas clandestins en provenance des Comores et de déclenchement d'une coopération sanitaire régionale renforcée".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.