Covid-19 : "Un bilan plutôt mitigé" des stations de ski après les vacances d'hiver, selon l'association des maires des stations de montagne

Selon Jean-Luc Boch, maire de La Plagne-Tarentaise et président de l'association des maires des stations de montagne, il y a également déjà quelques annulations pour les vacances de février.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des skieurs sur un télésiège lors des vacances d'hiver, aux Arcs. (VANESSA MEYER / MAXPPP)

"On a un bilan mitigé, mais plutôt mitigé positivement", estime dimanche 2 janvier pour la fin des vacances d'hiver, sur franceinfo Jean-Luc Boch, maire de La Plagne-Tarentaise et président de l'association des maires des stations de montagne. "On a eu des désistements mais aussi des personnes qui sont venues nous voir au dernier moment."

franceinfo : Comment s'est passé ce début de saison ?

Jean-Luc Boch : On a un bilan mitigé, mais plutôt mitigé positivement. Beaucoup de Français, de Hollandais et de Belges sont venus à la montagne. Il y beaucoup moins de Britanniques à cause de conditions extrêmement difficiles pour eux. On a eu des désistements, évidemment, parce que malheureusement, la pandémie fait rage au niveau national. Mais on a eu aussi d'autres personnes qui, se rendant compte qu'elles ne pouvaient pas partir ailleurs qu'en France, sont venues nous voir au dernier moment.

Au niveau de l'activité, y a-t-il eu beaucoup d'arrêts avec les contaminations ?

Oui, on a eu des structures qui ont eu des difficultés. Le Covid touche tout le monde, y compris les personnels travaillant dans les stations. Et donc, il y a eu des obligations de fermeture, ou des modes de fonctionnement un peu plus restreints sur certains services.

Comment se présentent les vacances de février ?

Le calendrier des réservations était excellent jusqu'aux dernières annonces et malheureusement, avec les dernières hausses des contaminations, on a eu des annulations par obligation des britanniques, notamment. En ce qui concerne les Français et le reste des Européens, pour le moment, il n'y a pas d'annulations en masse. On espère que d'ici là, on va avoir la possibilité de diminuer le taux d'incidence et le remplissage des hôpitaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.