Covid-19 : Singapour a subi en 2020 la pire récession économique de son histoire

La récession s'élève à 5,8% du PIB, alors que les prévisions officielles tablaient sur 6,5%.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme masquée passe devant la bourse de Singapour, le 7 avril 2020. (ROSLAN RAHMAN / AFP)

Singapour a connu en 2020 le pire recul économique de son histoire en raison de la pandémie de Covid-19, selon des chiffres officiels publiés lundi 4 janvier. La récession s'élève à 5,8% du PIB, alors que les prévisions officielles tablaient sur 6,5%, dans cette cité-Etat où les secteurs vitaux du commerce et du tourisme ont été durement touchés.

Singapour a plongé dans sa première récession depuis la crise financière mondiale de 2008 au deuxième trimestre 2020, lorsque le gouvernement a fermé la plupart des lieux de travail dans le cadre de mesures drastiques pour contenir la propagation du coronavirus. L'île, dotée d'une des économies les plus ouvertes du monde, est considérée comme un indicateur de la santé du commerce mondial.

Un recul moins grave que prévu au 4e trimestre

L'économie s'est toutefois redressée dans la seconde partie de l'année, et des secteurs clefs comme les produits manufacturés ont commencé à se remettre d'aplomb. Au quatrième trimestre, l'économie a reculé de 3,8% d'une année sur l'autre, moins que prévu, selon les données préliminaires de croissance publiées par le ministère du Commerce. La contraction n'est pas aussi grave qu'on le craignait en raison des fortes exportations de certains biens, a déclaré à l'AFP Song Seng Wun, économiste régional chez CIMB Private Banking.

La cité-Etat a d'abord été saluée pour sa maîtrise de l'épidémie mais des résurgences sont ensuite apparues dans des foyers de travailleurs étrangers à bas salaire. L'épidémie a cependant fortement ralenti fin 2020. Fin décembre, les autorités ont lancé une campagne de vaccination contre le Covid-19, faisant de Singapour l'un des tout premiers pays asiatiques à le faire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.