Covid-19 : quelles nouvelles mesures pour les départements sous surveillance ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Départements sous surveillance : quelles sont les pistes à l’étude ?
France 2
Article rédigé par
V.Astruc, C.Sinz, D.Sébastien, A.Zouioueche, T.Germain, France 3 Amiens, L.Hauville - France 2
France Télévisions

Tenir sous couvre-feu encore quatre à six semaines pour ensuite desserrer les contraintes : c’est ce qu’a laissé entendre Emmanuel Macron lundi 1er mars, alors que 20 départements sont en alerte. Les réunions se sont multipliées entre élus et représentants de l'État. L’hypothèse d’un confinement le week-end a été fermement rejetée par la maire de Paris.

À cause de la propagation du Covid-19, il n'y a pas eu de rentrée des classes ce lundi 1er mars à Chambourcy, dans les Yvelines. Dans cette petite ville de région parisienne, 12 personnes, dont des enfants, sont atteintes du variant sud-africain du Covid-19. 20 départements sont actuellement sous surveillance renforcée en raison de la forte propagation de l'épidémie. Les concertations avec les préfets se poursuivent. La maire (PS) de Paris Anne Hidalgo dévoile la principale piste à l’étude : un confinement de Paris et sa petite couronne le week-end. Elle a exprimé son désaccord quant à cette proposition qu'elle juge "difficile, dure, voire même inhumaine".

Lyon également sur la sellette

Lyon (Rhône) pourrait également faire partie des villes qui seraient confinées le week-end. Les promeneurs sont fatalistes. "On s’adapterait, on suivrait les consignes, mais ce n'est pas avec plaisir", lance un flâneur. "Pour les enfants, c’est pas vraiment drôle : ils ont besoin de sortir, de profiter", regrette une jeune femme. En déplacement à Stains (Seine-Saint-Denis), lundi 1er mars, Emmanuel Macron a déclaré : "Il faut tenir encore quelques semaines, quatre à six semaines". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.