Covid-19 : quatre questions sur la nouvelle variante du virus observée au Royaume-Uni

Une nouvelle variante du Covid, liée à plusieurs mutations, a été détectée dans le sud de l'Angleterre et aurait contaminé près d'un millier de personnes ces derniers jours. Cette nouvelle souche peut se propager plus rapidement, selon les autorités sanitaires britanniques. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Une femme de 88 ans reçoit une dose de vaccin contre le Covid-19, à Hamilton (Ecosse), le 14 décembre 2020. (RUSSELL CHEYNE / POOL)

Alors que la campagne de vaccination contre le Covid-19 s'accélère outre-Manche, une nouvelle souche de virus s'invite au bal. Une "mutation" du Sars-CoV-2 a été détectée au Royaume-Uni, a annoncé Matthew Hancock, le ministre de la Santé britannique, lundi 14 décembre. Cette nouvelle variante peut se propager plus rapidement, ont ajouté samedi 19 décembre les autorités sanitaires britanniques. Boris Johnson a annoncé samedi le reconfinement de Londres et du sud-est de l'Angleterre, face à une montée en flèche des cas de contamination. 

>> Covid-19 : les dernières informations sur la pandémie dans notre Direct

Cette nouvelle variante du virus aurait contaminé plus d'un millier de malades en quelques jours, a révélé le ministre, annonçant la mise en place de nouvelles mesures restrictives. L'émergence de cette variante du virus fait-elle craindre un rebond épidémique plus sévère ? Met-elle en péril la campagne de vaccination débutée la semaine passée au Royaume-Uni ? Franceinfo répond à quatre questions autour des enjeux de cette mutation. 

1Quelle est cette nouvelle souche ?

Cette variante inédite du virus a été identifiée chez plus de 1 000 personnes, principalement dans le sud de l'Angleterre. Elle pourrait être impliquée dans la propagation "exponentielle" du virus observée dans la zone, a révélé Matt Hancock à la Chambre des communes. 

La mutation a été identifiée et signalée à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a indiqué Matthew Hancock. Le consortium scientifique britannique Covid-19 Genomics UK (COG-UK) a apporté plus de précisions sur le sujet sur son site (en anglais) : "La variante décrite (...) contient un nouvel ensemble de mutations." L'organisme, qui rassemble les expertises en biologie génomique des quatre agences de santé publique du pays et de plusieurs centres universitaires et instituts, précise que la variation en question "fait l'objet d'enquêtes de la part des agences de santé publique britanniques", et du consortium.

2Y a-t-il eu d'autres mutations du virus ces derniers mois ?

Oui, elles sont même nombreuses. La détection de l'une de ces mutations au Danemark, observée chez des animaux et chez des êtres humains, a conduit à l'abattage de plus de 15 millions de visons. Les virus mutent naturellement. Certaines de ces mutations rendent les virus plus résistants aux traitements ou aux vaccins, comme c'est le cas pour la grippe, mais d'autres mutations n'ont "absolument aucun effet", a commenté dans un communiqué Jonathan Ball, professeur de virologie moléculaire à l'université de Nottingham.

Ces modifications surviennent quand la particule virale copie son génome pour se multiplier. Des erreurs de copie peuvent se produire, créant une nouvelle variante. Le code génétique du Sars-CoV-2 "comporte un peu moins de 30 000 nucléotides d'ARN (...) qui désignent au moins 29 gènes", rappelle la revue scientifique Nature (en anglais). Leur copie a entraîné, depuis le début de l'épidémie, des dizaines de milliers de changements, ont observé les scientifiques. Ces derniers ont notamment recours à la base de données Gisaid (en anglais) pour comparer les séquences génétiques des particules virales. "Les mutations les plus courantes sont des changements d'un seul nucléotide", précise Nature.

En dépit du nombre important de mutations, le génome du Sars-CoV-2 reste toutefois relativement stable, souligne la revue : "Les données de séquençage suggèrent que les coronavirus changent plus lentement que la plupart des autres virus à ARN, probablement en raison d'une enzyme 'correctrice'."

Pourquoi donc parler d'une "nouvelle souche" du virus pour cette combinaison observée dans le sud de l'Angleterre ? "Il se trouve juste que cette variante a un peu plus de mutations que la plupart des autres variantes", a expliqué le médecin-chef britannique Chris Whitty : "C'est la raison pour laquelle nous l'avons prise particulièrement au sérieux."

3Cette mutation rend-elle le virus plus dangereux ?

Il est encore tôt pour juger des conséquences précises que peuvent avoir les mutations observées dans la variante du virus identifiée dans le sud de l'Angleterre. "Rien n'indique pour le moment que cette nouvelle souche cause un taux de mortalité plus élevé (...), mais des travaux urgents sont en cours pour confirmer cela", a déclaré samedi le médecin-chef de l'Angleterre, Chris Whitty, dans un communiqué.

Les autorités sanitaires ont pour l'instant appelé au calme. "Je ne suis pas stressé à ce stade", a assuré lundi le ministre de la Santé britannique. Le médecin-chef Chris Whitty a pour sa part rappelé qu'il n'y avait, pour l'instant, pas de raisons de s'inquiéter outre-mesure : "Rien ne suggère que les symptômes soient différents, que les tests soient différents ou que le résultat clinique soit différent pour cette variante."

4Cette nouvelle souche peut-elle être résistante au vaccin ?

Le consortium scientifique britannique COG-UK rappelle qu'"il n'y a actuellement aucune preuve que cette variante (ou toute autre étudiée à ce jour) ait un impact sur la gravité de la maladie, ou qu'elle rende les vaccins moins efficaces, bien que ces deux questions nécessitent des études supplémentaires". Les autorités vont mener rapidement des études pour connaître les effets de cette mutation sur le vaccin ou sur les traitements. Mais Boris Johnson a tenu à rappeler samedi qu'il n'y avait pour l'instant aucune preuve permettant d'indiquer que le vaccin serait moins efficace.

L'une des principales préoccupations est celle des conséquences que cette nouvelle souche pourrait avoir sur la campagne de vaccination en cours. Les vaccins contre le Covid-19 ont été élaborés à partir des souches de virus les plus répandues. L'apparition d'une nouvelle variante dans la population pourrait, en théorie, mettre en péril l'efficacité d'un vaccin, même s'il ne s'agit pas là de l'hypothèse la plus probable. Pour en avoir le cœur net, il faudra mieux connaître le génome de la variante identifiée. Certains virus, comme celui de la grippe, mutent considérablement d'une année sur l'autre et contournent ainsi l'efficacité des vaccins. Mais d'autres, comme la rougeole, évoluent avec le temps sans déjouer l'efficacité du vaccin. Reste à savoir dans quelle catégorie se situe le Sars-CoV-2.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.