Covid-19 : plus de 400 morts en 24 heures à l'hôpital, mais la pression sur le système hospitalier continue sa lente décrue

Ce bilan est en hausse par rapport au week-end, une différence généralement due à un effet de rattrapage du comptage des décès en début de semaine. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une unité de soins intensifs Covid-19 à l'hôpital AP-HP Louis-Mourier à Colombes (Hauts-de-Seine), le 9 novembre 2020. (ALAIN JOCARD / AFP)

L'épidémie de Covid-19 a fait 408 morts à l'hôpital en 24 heures, selon les données de Santé publique France publiées lundi 30 novembre. Ce bilan est en hausse par rapport au week-end (198 décès dimanche, 213 samedi), une différence généralement due à un effet de rattrapage du comptage des décès en début de semaine. Le bilan global du nombre de décès en France depuis le début de l'épidémie s'élève désormais à 52 731, détaille le site de SpF. Le chiffre le plus élevé de morts sur 24 heures, lors de la 2e vague, est 551, enregistré le 9 novembre.

La pression continue par ailleurs de s'alléger lentement sur les hôpitaux : les services de réanimation comptaient lundi 3 739 patients Covid (contre 3 744 dimanche, 3 765 samedi et 3 871 vendredi), avec 196 nouvelles admissions sur 24 heures.

Quelque 4 005 nouveaux cas de contamination

Le nombre d'hospitalisations liées au Covid est stable, s'élevant à 28 229 patients contre 28 284 la veille (28 139 samedi, 28 260 vendredi), après un pic de plus de 33 000 patients atteint le 16 novembre. Quelque 4 005 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, loin, là aussi, des pics à 60 000 cas au début du mois, précise l'agence sanitaire. Les chiffres de début de semaine marquent toujours un creux car moins de tests sont réalisés le dimanche.

Le taux de positivité (proportion du nombre de personnes positives par rapport au nombre total de personnes testées) continue de reculer, à 10,9% (11,1% dimanche, 11,4% samedi, 11,7% vendredi).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.