Covid-19 : plus de 40% des lits en réanimation de la région Ile-de-France sont occupés par des malades du virus

Le directeur général de l'ARS Ile-de-France, Aurélien Rousseau, a annoncé que le taux d'occupation en réanimation devrait atteindre les 50% "dans les 15 prochains jours".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo d'illustration (YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)

Les services de réanimation franciliens sont en alerte. Le taux d'occupation des lits en service de réanimation par des patients atteints de Covid-19 dans les hôpitaux d'Ile-de-France dépassait mardi 6 octobre 2020 les 40%, a indiqué l'Agence régionale de santé (ARS). Ce taux s'établit précisément à 40,1%, après avoir atteint 37% lundi.

Cela représente 449 personnes admises en services de réanimation, sur 2 393 patients Covid-19 hospitalisés dans les huit départements d'Ile-de-France. Depuis lundi, Paris et les trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) ont été placés lundi en zone d'alerte maximale. Mais certains chiffres, notamment le taux d'occupation des lits en réanimation, montraient que la capitale avait dépassé le seuil d'alerte maximale depuis le 25 septembre.

Des activités chirurgicales "déprogrammées"

Lors de l'annonce, lundi, de nouvelles restrictions sanitaires à Paris, notamment la fermeture des bars, le directeur général de l'ARS Ile-de-France, Aurélien Rousseau, avait annoncé que le taux d'occupation en réanimation devrait atteindre les 50% "dans les 15 prochains jours". Il a ajouté que certains établissements avaient commencé à "déprogrammer des activités chirurgicales".

Paris et sa petite couronne ont rejoint la métropole d'Aix-Marseille et la Guadeloupe, elles aussi placées en zone d'alerte maximale il y a dix jours, ce qui correspond au dernier stade avant l'état d'urgence sanitaire. Les indicateurs hospitaliers sont importants pour suivre l'évolution de l'épidémie, puisque le principal enjeu est d'éviter que les hôpitaux, particulièrement les services de réanimation, soient débordés par un afflux massif de patients.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.