Covid-19 : plus d'une vingtaine de manifestations "pour la réouverture de tous les lieux de spectacle" prévues ce mardi

Artistes, directeurs de théâtres, de salles, exploitants ou distributeurs de films vont manifester à Lyon, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Nancy et Paris pour demander la réouverture des lieux de culture.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une manifestation du secteur de la culture à Nancy, le 23 novembre 2020. Photo d'illustration. (PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP)

Plus d'une vingtaine de manifestations du monde de la culture sont prévues mardi 15 décembre en France pour protester contre la fermeture prolongée des théâtres et cinémas : à Lyon, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Nancy. À Paris, deux rassemblements sont annoncés, l'un à midi place de la Bastille et le deuxième dans la soirée devant le théâtre de l'Atelier à l'appel notamment des comédiens Jacques Weber, Audrey Bonnet, et François Morel.

Ce 15 décembre devait initialement marquer la réouverture des théâtres, des cinémas, des musées et autres salles de concert. Le Premier ministre, Jean Castex, les a finalement renvoyés au 7 janvier, au plus tôt, en raison d'un déconfinement plus progressif que prévu. 

L'appel de la CGT-Spectacle et des directeurs de centres dramatiques nationaux s'est transformé en mot d'ordre unitaire, rassemblant tous les secteurs. La Fédération nationale des arts, des spectacles, de l'audiovisuel, du cinéma et de la presse FO, l'association nationale des théâtres de marionnettes et arts associés, le syndicats des cirques et compagnies de création, ou encore la fédération de lieux et projets de musiques actuelles appellent à se mobiliser "pour la réouverture de tous les lieux de spectacle".

"Il faut attaquer et entrer en résistance !"


Les artistes, directeurs de théâtres, de salles, exploitants ou distributeurs de films veulent faire entendre leur "colère et leur incompréhension" selon un communiqué. "La promesse d'une demi-réouverture est devenue une prolongation de fermeture", dénonce le texte, regrettant l'absence totale de "concertation"mais aussi une différence de traitement avec les lieux de culte.

La mobilisation s'annonce très suivie, largement relayée depuis quelques heures sur les réseaux sociaux. Ces acteurs de la culture s'apprêtent également à déposer un référé liberté contre cette fermeture prolongée. "Il faut arrêter avec les pétitions, les demandes, les supplications, il faut être offensif, attaquer et entrer en résistance !", estime le comédien Samuel Churin, à l'initiative de cette idée. L'animateur de la coordination des intermittents rappelle que "cela passe aussi par le droit".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.