Covid-19 : "On est un peu préoccupés par la question de la Fête de la musique", explique un professeur de médecine

Si le risque de contamination au coronavirus est bien plus faible en extérieur, le professeur au CHU de Lille François-René Pruvot rappelle que le port du masque est recommandé en cas de regroupement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Fête de la musique près du canal Saint-Martin, à Paris, le 21 juin 2020. (ABDULMONAM EASSA / AFP)

"Je pense que le retour à la normale sera plutôt, sauf sursaut épidémique, aux alentours du mois de septembre", a estimé dimanche 20 juin sur franceinfo François-René Pruvot, professeur au CHU de Lille, à la tête de la Conférence des présidents de commissions médicales d’établissement (CME) des centres hospitaliers.

L'amélioration de la situation sanitaire liée au Covid-19 peut engendrer un relâchement des Français dans l'application des mesures barrières à l'approche de l'été : "C'est ce que nous craignons un peu", a assuré François-René Pruvot. Même si selon lui, la fin de l'obligation du port du masque en extérieur est logique : "On le sait maintenant, la diffusion physique du virus est beaucoup moins dangereuse à l'air libre", a-t-il expliqué. "Dès lors qu'on est dans une rue très dense ou à l'approche de certains magasins, il est évident que tout le monde ne se gendarme pas. On est un peu préoccupés par la question de la Fête de la musique", a pointé le professeur.

"La tendance va être d'abandonner le masque alors que dans certains endroits, il faut absolument le maintenir."

François-René Pruvot

à franceinfo

Le variant Delta du Covid-19 continue de se propager en Grande-Bretagne notamment, mais François-René Pruvot n'y voit pas forcément un risque d'aggravation de la situation sanitaire en France cet été : "Les épidémiologistes disent que paradoxalement, la période de l'été qui fait que les gens sont beaucoup plus en extérieur, le risque de diffusion est moindre. C'est lors du retour, probablement à l'automne, avec une reconcentration des Français, l'obligation de se retrouver en milieu plus clos, le retour des étudiants que, comme l'année dernière, le risque pourrait remonter", a-t-il expliqué.

François-René Pruvot a donc appelé les Français à garder le réflexe du masque : "Je pense que les Français s'étaient faits, même si c'est inconfortable, au port du masque. Beaucoup de citoyens disaient 'ah, j'oubliais mon masque', c'était devenu une sorte de réflexe. Donc je pense qu'il faut lever ce réflexe extrêmement lentement", a-t-il mis en garde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.