Covid-19 : l’instauration de l’état d’urgence sanitaire en Martinique n’est "pas du tout une surprise" pour le maire de Fort-de-France

Le chef de l'Etat a annoncé lundi l'instauration de l'état d'urgence sanitaire et d'un couvre feu à la Martinique et à La Réunion en raison de la propagation du Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Didier Laguerre, maire de Fort-de-France en Martinique. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Emmanuel Macron a annoncé, dans son allocution lundi 12 juillet, l’instauration de l’état d’urgence sanitaire dès mardi à La Réunion et en Martinique, en raison de la circulation accrue du Covid-19. Le couvre-feu va également y faire son retour. Des annonces qui ne surprennent "pas du tout" le maire de Fort-de-France, chef-lieu de la Martinique. Didier Laguerre reconnaît sur franceinfo une dégradation de la situation sanitaire sur l’île mais assure qu’elle n’est pas liée au retour des touristes.

franceinfo : Est-ce que vous vous attendiez à de nouvelles mesures restrictives en Martinique ?

Didier Laguerre : Ce n’est pas du tout une surprise. L’évolution du nombre de cas depuis une dizaine de jours met tout le monde en alerte. Donc, nous nous attendions à ce que la situation sanitaire se dégrade encore, ce qui est apparemment le cas en Martinique, avec une augmentation très importante du nombre de contaminations au cours des huit derniers jours. Donc il faut absolument qu’on prenne des mesures pour freiner la propagation du virus.

"En plus, sur le territoire de la Martinique, on est à peine à 20% de personnes vaccinées donc c’est un terreau assez favorable à la circulation du virus."

Didier Laguerre, maire de Fort-de-France

à franceinfo

Les doses sont pourtant disponibles. Des vaccinodromes ont été mis en place. On a observé un démarrage assez timide, puis une bonne progression de la vaccination. Mais depuis quelques semaines, quelques mois, les choses se sont estompées et on a du mal à pousser à la vaccination, donc il faudra forcément relancer des campagnes d’information et d’explication sur le vaccin, qui protège des formes graves et de la propagation du virus, surtout sur un territoire comme la Martinique où l’hôpital peut être très rapidement saturé. Nous ce qu’on craint, c’est un retour au confinement, qui a des conséquences très importantes en termes économiques.

La circulation du virus a-t-elle augmenté avec le retour des touristes ?

Non, je ne crois pas que ce soit lié au retour des touristes et au début des grandes vacances. D’après les informations que j’ai, on est davantage sur des problématiques liées aux regroupements familiaux, amicaux, à des manifestations de ce type. Il n’y a pas de cluster qui soit lié à des touristes ou à des Martiniquais qui reviennent par avion sur le territoire.

Allez-vous limiter aux motifs impérieux les déplacements pour venir sur l’île ?

Ça ne dépend pas de moi, ça dépend de l’Etat et du préfet. Pour l’instant, les motifs impérieux, d’ordre familial ou professionnel, et le pass sanitaire ont été mis en place pour les déplacements entre la Martinique et la Guadeloupe. Pour ce qui est du déplacement vers la France, pour l’instant, aucune mesure particulière n’a été prise. Les premières mesures qui ont été prises la semaine dernière sont relatives à la limitation du nombre de personnes lors de manifestations comme les concerts et festivals. Par exemple, les concerts, désormais, ne peuvent se faire qu’assis, avec une jauge limitée, et avec un pass sanitaire. Et je pense que le préfet va annoncer, dans le courant de la semaine, des mesures restrictives encore plus importantes pour limiter la propagation de l’épidémie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.