Covid-19 : les rassemblements à Noël interdits au Québec

"On est obligés de se rendre à l'évidence : ce n'est pas réaliste de penser qu'on va réussir à réduire la progression du virus de façon satisfaisante d'ici Noël", a expliqué le Premier ministre québécois lors d'une conférence de presse.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des habitants de Montréal, au Québec, le 18 juillet 2020. (DAVID HIMBERT / HANS LUCAS / AFP)

La sentence est tombée. Le Premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé jeudi 3 décembre qu'il annulait sa décision de permettre aux Québécois de se rassembler pendant quatre jours à Noël, invoquant la forte augmentation des cas de Covid-19 dans cette province canadienne.

"Quand on regarde la situation, on est obligés de se rendre à l'évidence : ce n'est pas réaliste de penser qu'on va réussir à réduire la progression du virus de façon satisfaisante d'ici Noël", a-t-il justifié lors d'une conférence de presse.

Risque de saturation dans les hôpitaux

Il y a deux semaines, le Premier ministre avait proposé un "contrat moral" aux Québécois. Il permettait des rassemblements de dix personnes maximum à Noël mais, en échange, ces derniers limitaient les contacts une semaine avant et après cette fête. Tout était cependant conditionné à ce que la situation sanitaire ne se dégrade pas.

Or la situation empire avec "une forte hausse" des cas dans presque toutes les régions du Québec, autour de 1 500 chaque jour, a affirmé François Legault. "A ce rythme-là, certains hôpitaux vont commencer à déborder dans le temps des fêtes. La capacité du système de santé n'est pas infinie", a-t-il dit. "On a du personnel fatigué, très fatigué", a-t-il également souligné.

Le Québec, province la plus éprouvée par la pandémie, a fait état jeudi de 30 nouveaux décès, pour un total de 7 155. L'annulation des rassemblements concerne les régions se trouvant en "zone rouge", comme Montréal ou Québec, où habitent 80% des 8 millions de Québécois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.