Covid-19 : les grands patrons racontent leur version de la crise pour les archives nationales

Une quarantaine de dirigeants de grandes entreprises françaises ont participé à des entretiens pour évoquer les décisions inédites qu'ils ont eu à prendre face à l'épidémie. Ces documents sonores sont consultables sur le site des Archives nationales du travail de Roubaix.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une distribution de masques sanitaires contre le Covid-19 devant l'usine Renault de Sandouville, en mai 2020. Le site rouvrait alors après la fin du premier confinement. (LOU BENOIST / AFP)

Changement d'organisation, gestion des équipes, nouvelle méthode d'encadrement... Les grands patrons français livrent leurs confidences sur la crise du Covid-19, pour l'Histoire. Des témoignages sonores, collectés depuis novembre dernier et qui rejoignent jeudi 25 mars les Archives nationales du monde du travail (ANMT) à Roubaix (Nord). Cette collection inédite intitulée "Mémoire des entreprises au temps de la Covid 19" est consultable sur le portail internet de l'ANMT.

Des décisions qui "allaient toucher des centaines, des milliers de personnes"

42 dirigeants ont accepté de se confier et 21 secteurs d'activité sont représentés : Vinci, Air France, Bonduelle, Pierre et Vacances, Renault ou encore le groupe La Redoute. Le co-président de l'entreprise de vente par correspondance, Eric Courteille, revient dans une archive orale, sur les enseignements à tirer de cette crise : "Il y a un truc qui est très fort, c'est la transparence en tant que dirigeant. Les moments de crise, on ne triche plus. On ne peut pas tricher. Quand vous parlez à 2 000 personnes, il faut toujours dire la vérité. Là où on en est, pourquoi on en est là, ce que l'on sait, ce que l'on ne sait pas, explique Eric Courteille. Finalement cette transparence est aussi un facteur d'humilité que vous devez avoir vis-à-vis des collaborateurs."

"En tant que dirigeants on est pareil que les collaborateurs d'un point de vue sanitaire. On ne sait pas où on va."

Eric Courteille, co-président de La Redoute

à franceinfo

C'est Perles d'Histoire, une agence d'ingénierie patrimoniale, qui est à l'origine de ce projet mémoriel. Pauline Le Clere, qui en est la fondatrice et présidente, a été chargée de mener l'ensemble de ces entretiens destinés aux archives : "Certains reconnaissent avoir fait des erreurs, certains reconnaissent que c'étaient des décisions qui n'étaient pas faciles à prendre. Quand il faut arrêter des activités industrielles, savoir s'il faut appuyer sur le bouton stop tout de suite ou non, ce n'est pas forcément évident. Cela nous a semblé vraiment important d'arriver à faire rentrer dans les archives d'histoire les prises de décision qui allaient ensuite toucher des centaines, des milliers de personnes."

Des enseignements utiles aux prochaines crises

Un savoir précieux, selon Corinne Portes, directrice des Archives nationales du monde du travail à Roubaix, et utile pour l'avenir : "Toutes les entreprises ont mis en place de nouveaux process et ces process-là sont écrits, conservés et pourront être, je l'espère, dans un avenir fort lointain, réutilisés ou pas dans le cadre d'une nouvelle crise. Si on enchaîne les crises toutes les décennies maintenant, tous les process seront toujours valables, même s'il faudra les améliorer."

L'objectif des Archives du monde du travail est de poursuivre cette collecte de témoignages, en recueillant cette fois la parole des dirigeants des petites et moyennes entreprises.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.