Covid-19 : les étudiants face à la détresse psychologique et à la précarité

À Périgueux (Dordogne), la précarité s’aggrave pour les étudiants en raison du coronavirus. Leur psychisme est également affecté.

France 2

Emma, qui vit à Montagrier, en Dordogne, est en troisième année de droit. Au programme de son après-midi, quatre heures de cours, derrière son ordinateur. "La première heure, on va bien être concentré, la première pause on va la savourer, et au fur et à mesure cela se dégrade, il faut être honnête", indique Emma Tock. L’étudiante reste motivée. Elle dispense de bons conseils sur les réseaux sociaux. Mais les retours d’expérience d’autres étudiants sont beaucoup moins positifs. "Certains m’ont dit : ‘je pense que je vais arrêter là’", confie-t-elle.

Vers des cours en présentiel pour les étudiants en difficulté ?

La grande casse aurait surtout lieu en première année. Sur le campus de l’université de Périgueux, 2 500 étudiants sont inscrits. Les désistements n’ont pas encore été comptabilisés, mais ce petit groupe d’étudiants en génie biologique, perçoit déjà les effets du confinement. Alors, face à cette perte de repères, des cours en présentiel pour les étudiants en difficulté ont été envisagés par le gouvernement, mais le retour dans les amphis pour la grande majorité des étudiants n’est pas prévu pour demain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des étudiants en génie biologique à Périgueux.
Des étudiants en génie biologique à Périgueux. (France 2)