Covid-19 : les États-Unis, fer de lance de la vaccination des enfants

Publié Mis à jour
Covid-19 : les États-Unis, fer de lance de la vaccination des enfants
France 2
Article rédigé par
L. Feuerstein, L.De la Mornais, B. Laigle, A. Sangouard, L. Setyon - France 2
France Télévisions

Les États-Unis, et notamment la ville de New York particulièrement touchée par le coronavirus, servent de référence pour la vaccination des enfants. Une campagne largement motivée par l’arrivée du variant Omicron.

Dans la mégalopole new-yorkaise, 58 000 personnes sont déjà mortes du Covid-19. C’est la ville la plus touchée des États-Unis. Pour les habitants, vacciner les enfants est indispensable. Depuis le lancement de la campagne le 3 novembre, plus d’un tiers des 5-11 ans a déjà reçu sa première dose. "Au début j’étais nerveux. Maintenant je suis content, je me sens plutôt bien", dit un jeune garçon. Pour Jérémy, un petit Français qui vit à Brooklyn, l’injection est prévue samedi 18 décembre, dans son école. La maman a un peu hésité au départ. "Je voulais un petit peu attendre, pour voir comment ça se passait pour les premiers enfants", dit-elle.

Les Américains en majorité prêts à vacciner leur enfant

Pour encourager les enfants à se faire vacciner, tous les moyens sont bons. Dans le Colorado, des mascottes de l’équipe de baseball ont été appelées en renfort. En Pennsylvanie, les infirmiers se déguisent en super héros. D’autres États offrent même des bons d’achat. Avec la progression fulgurant du variant Omicron, New York a décidé d’interdire depuis mardi les lieux fermés, comme les salles de sport ou restaurants aux enfants de plus de 5 ans, non-vaccinés. 

Depuis un mois et demi, c’est le vaccin Pfizer qui est administré aux enfants. Trois fois moins dosé que celui des adultes, mais pas moins actif. Pour convaincre les parents des 28 millions d’enfants, même la Maison Blanche s’y met. "Jill Biden, l’épouse du président américain, [...] répète qu’il n’y a pas plus beau cadeau que celui de la santé", rapporte le journaliste Lionel Feuerstein, en direct de Washington. Un message qui semble porter : deux tiers des Américains se disent prêts à vacciner leur enfant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.