Covid-19 : les Etats-Unis autorisent l'injection d'un vaccin différent pour la dose de rappel

L'agence américaine des médicaments a autorisé, mercredi, l'utilisation d'un vaccin anti-COVID différent pour la dose de rappel que celui utilisé initialement pour l'immunisation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une fiole du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer-BioNTech, le 23 août 2021, à Los Angeles (Californie, Etats-Unis). (ROBYN BECK / AFP)

Les Etats-Unis disent oui au "mix". Dans un communiqué (en anglais) publié mercredi 20 octobre, l'agence américaine des médicaments a annoncé qu'elle autorisait l'utilisation d'un vaccin anti-Covid différent pour la dose de rappel que celui utilisé initialement pour l'immunisation. 

Cette nouvelle est susceptible d'intéresser notamment les plus de 15 millions d'Américains qui ont reçu le vaccin unidose de Johnson & Johnson. Une étude américaine publiée la semaine dernière suggérait en effet que les personnes ayant reçu le vaccin de "J&J" pourraient avoir intérêt à recevoir une dose de rappel d'un vaccin différent, à ARN messager, afin de profiter d'une augmentation plus forte encore de leurs niveaux d'anticorps.

Jusqu'ici, les Etats-Unis ne permettaient pas le "mélange"

Dans son communiqué, la FDA a également autorisé les rappels de vaccins de Johnson & Johnson pour toutes les personnes de 18 et ans et plus, et de Moderna pour certaines catégories de population à risque, notamment les plus âgées. Dans le détail, toutes les personnes de 18 ans et plus ayant reçu une dose de vaccin de Johnson & Johnson il y a au moins deux mois pourront désormais recevoir une dose supplémentaire, soit de "J&J", soit de Moderna ou Pfizer.

Pour la population vaccinée avec Moderna il y a au moins six mois, trois catégories de personnes pourront recevoir un rappel : toutes celles âgées de plus de 65 ans ; celles qui, entre 18 et 64 ans, présentent un "haut risque" de développer une forme grave de la maladie ; ainsi que celles dont le travail ou la situation implique une exposition "fréquente" au virus. Les mêmes définitions avaient été adoptées pour le rappel de Pfizer. La dernière catégorie inclut les employés de supermarchés, les travailleurs de santé ou encore les prisonniers et les personnes accueillies dans des refuges pour sans-abri.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.