Covid-19 : les contaminations au variant Delta explosent, le Royaume-Uni tourne au ralenti faute de main d'œuvre

Le variant Delta du Covid-19 se propage à un rythme élevé au Royaume-Uni avec environ 50 000 nouveaux malades chaque jour. Les entreprises peinent à tourner à plein régime.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
En plus d'une crainte de manquer de provisions, comme lors du premier confinement, certains supermarchés britanniques comme la chaine Iceland, doivent fermer, faute de salariés, ce qui n'était jamais arrivé depuis le début de l'épidémie. (ISABEL INFANTES / AFP)

Face à un variant Delta qui se propage plus vite que les autres souches du Covid-19, de nombreux secteurs de l'économie britannique sont à la peine depuis plusieurs jours pour faire fonctionner les entreprises. Alors que les dernières restrictions viennent d'être levées, les salariés manquent, soit contaminés par le Covid-19, soit cas contact.

Pénurie en vue

En une semaine, plus de 500 000 personnes au Royaume-Uni ont dû s’isoler après avoir côtoyé un cas positif, le Premier ministre Boris Johnson n'y a d'ailleurs pas échappé. Des ramassages d’ordures et des transports publics ont été perturbés dans plusieurs villes du pays. Un spectacle a été annulé au dernier moment dans le prestigieux Covent Garden. 

Sans compter les principales entreprises britanniques qui sont contraintes de modifier leur fonctionnement. Certaines marchandises n’arrivent pas à destination, faute de chauffeur routier. Ce qui dessine la perspective inquiétante d’une pénurie de viande. Chaque jour, chaque heure, de nouveaux secteurs de l’économie sont touchés par le manque de personnel. 

"Nous avons plus d’un millier de salariés absents à cause du Covid, liste le directeur général de la chaine de supermarchés Iceland, Richard Walker, à la BBC. Nous n’avions jamais atteint un tel chiffre. C’est 4 % de nos effectifs. Sur les 18 derniers mois, nous n’avions pas fermé un seul magasin. Et nous devons le faire aujourd’hui : réduire les horaires d’ouverture, fermer des supermarchés. La grande ironie, c’est que ça arrive maintenant que nous sommes vaccinés." 54% de la population a en effet reçu une vaccination complète au Royaume-Uni.

Le gouvernement cherche des solutions

Les petits commerces souffrent de la même tension et de la même inquiétude. "Vous vous retrouvez avec moins de personnel, donc les autres gens doivent faire des heures en plus", regrette Stéphane qui possède un restaurant dans le nord de Londres. Sur les 17 personnes qu'il emploie, l’un de ses cuisiniers a été placé à l’isolement, cas contact de sa colocataire. "On a réduit les heures d'ouverture de la cuisine." 

"Je suis un peu inquiet d'avoir plus de cas, d'avoir des employés qui ne pourront pas venir bosser et qui seront coincés chez eux pendant 10 jours." Car encore quelques salariés placés à l’isolement et la société de Stéphane, ouverte sept jours sur sept, tournera au ralenti. Un seul cas positif et c’est la fermeture assurée.

Sous la pression d’un patronat désemparé et déjà largement affecté par un an et demi de restrictions, le Premier ministre Boris Johnson s’active, mais n’a rien d’autre à offrir pour l’instant que des excuses formulées mercredi 21 juillet.

Le gouvernement cherche des solutions. Des exemptions d’isolement pour certaines professions sont déjà envisagées, les soignants et les cheminots pourraient être les premiers concernés par ces mesures. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.