Covid-19 : les anciens malades immunisés, mais pour combien de temps ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : les anciens malades immunisés, mais pour combien de temps ?
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Des chercheurs se demandaient si l’on pouvait être infecté deux fois par le coronavirus, alors que des cas de réinfection avaient été recensés en Corée du Sud. Heureusement, il s’agissait de fausses alertes. Les anciens malades seraient donc bien immunisés.

Leur cas avait interrogé tout ce que la planète compte de scientifique : 292 Sud-Coréens guéris du coronavirus, et qu’on pouvait donc croire immunisés, avaient de nouveau été testés positifs deux semaines plus tard. La crainte était là, celle de pouvoir attraper le Covid-19 deux fois. Après une enquête et des analyses en laboratoire, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) se veut rassurante. Les patients n’ont pas été réinfectés, ce sont les tests qui ont rendu de faux positifs. Lorsque les poumons guérissent, il reste à l’intérieur des cellules mortes. Ces cellules, qui ne sont plus infectieuses, finissent par ressortir par les voies aériennes. Au moment du prélèvement, ce sont ces fragments que le test a détectés. 

"Très difficile de prédire la durée de cette immunité"

Jour après jour, les chercheurs tentent d’en savoir plus sur une éventuelle immunité. De récents travaux laissent à penser que la plupart des personnes guéries fabriquent des anticorps neutralisants qui empêchent, au moins quelque temps, une nouvelle infection. "Il est très difficile à l’heure actuelle de prédire quelle sera la durée de cette immunité", confie le Pr Jean-Daniel Lelièvre, chef du service d’immunologie de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne). Si elle ne durait par exemple qu’un an, toute personne, même déjà infectée, pourrait retomber malade l’année prochaine, au risque de provoquer une nouvelle épidémie. Dans ce cas, seul un vaccin pourrait nous conférer une immunité contre le virus. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.