Covid-19 : le trafic dans les aéroports parisiens pourrait chuter de 70% en 2020

Le niveau de 2019, avant la pandémie de coronavirus, pourrait n'être de nouveau atteint qu'"à la fin de la période comprise entre 2024 et 2027", indique le Groupe ADP.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, près de Paris, le 23 juin 2020.  (UGO PADOVANI / HANS LUCAS / AFP)

Il a déjà perdu plus de la moitié de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année, du fait de la pandémie de Covid-19. Le Groupe ADP (Aéroports de Paris) a revu à la baisse ses hypothèses de trafic, avec une chute pouvant aller jusqu'à 70% en 2020, a-t-il annoncé vendredi 23 octobre. 

L'hypothèse de trafic pour 2020 est ainsi "revue à la baisse, d'environ -63% à une fourchette comprise entre -65 % et -70%", a indiqué le groupe dans un communiqué.  Le trafic dans les aéroports parisiens pourrait ne revenir au niveau de 2019 qu'"à la fin de la période comprise entre 2024 et 2027"

L'un des secteurs les plus affectés par la pandémie

"L'impact sur le chiffre d'affaires consolidé du groupe en 2020 serait d'environ -2,3 à -2,6 milliards d'euros", précise le communiqué. Sur les neuf premiers mois de l'année, la baisse est de 52,7% (soit -1,669 milliard d'euros). "Compte tenu de sa trésorerie disponible, le groupe n'anticipe pas de difficultés de trésorerie à court terme", précise-t-il toutefois.

Le secteur du transport aérien est l'un des plus affectés par la crise sanitaire. Il a été quasiment mis à l'arrêt entre les mois d'avril et juin, du fait des mesures de confinement et des fermetures des frontières pour limiter la propagation de l'épidémie. La reprise du trafic, très progressive, se fait en fonction des levées des restrictions à la mobilité décidées par les différents pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.