Covid-19 : le syndicat de médecins MG France estime qu'il y a 9 000 morts de plus, qui ne sont pas encore comptés

Jacques Battistoni, président du syndicat de médecins MG France, explique que les patients morts du Covid-19 à leur domicile peuvent difficilement être comptabilisés dans les bilans nationaux. 

Le corps d\'un homme mort du Covid-19 dans la chambre funéraire du cimetière de Chateauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), le 3 avril 2020.
Le corps d'un homme mort du Covid-19 dans la chambre funéraire du cimetière de Chateauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), le 3 avril 2020. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Le président du syndicat de médecins MG France, Jacques Battistoni, explique dimanche 26 avril sur franceinfo que son organisation estime qu'il y a 9 000 morts du Covid-19 de plus qui ne sont pas encore comptés dans les bilans quotidien du directeur de la Santé, mais ce n'est pas certain en l'absence de tests pour la médecine de ville.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations dans notre direct

"Nous avons fait une enquête auprès des médecins généralistes. Nous avons eu beaucoup de réponses, 2 339 réponses exactement. Ces médecins, on leur a demandé combien ils avaient vu de patients et on leur a demandé aussi combien, dans leur patientèle, de patients à domicile étaient décédés du Covid-19", explique-t-il.

Des cas qui peuvent difficilement être comptabilisés

Le président du syndicat affirme avoir reçu "des réponses de tous les départements de France, on a fait une extrapolation en multipliant le pourcentage de médecins dans chaque département par le facteur qui permet d'avoir une estimation sur la totalité des médecins du département. On arrive ainsi à ce chiffre de 9 000 patients décédés".

Il estime que les chiffres de la mortalité à l'hôpital ou dans les Ehpad sont "à peu près comparables, probablement" au nombre de patients qui décèdent chez eux, mais en l'absence de tests, il ne s'agit que de "suspicion" de Covid-19 "et c'est pour ça que ces chiffres devront être vérifiés, corroborés par les évaluations fines qui seront faites quand on pourra comparer la mortalité en ville entre 2020 et 2019, l'année de référence, l'année dernière", précise le médecin généraliste.

Jacques Battistoni insiste particulièrement sur le fait que ces chiffres ne sont pas cachés par les autorités, ils ne peuvent simplement "pas être pris en compte, ils ne sont pas mesurés. Il faudrait demander à chaque médecin généraliste de faire un recueil et de le renvoyer au ministère de la Santé. Cela n'a pas été organisé. Je pense que dans les autres pays d'Europe, c'est la même chose, on ne mesure pas de façon fine les patients décédés en ville".