Covid-19 : le seuil des 3 000 patients en réanimation franchi pour la première fois depuis le 9 décembre

Plus de 3 030 patients sont hospitalisés en réanimation, lundi. Ce chiffre était redescendu sous les 3 000 malades le 10 décembre alors que la deuxième vague de l'épidémie refluait suite au reconfinement de la population.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un patient hospitalisé dans le service de réanimation du CHU de Purpan, à Toulouse (Haute-Garonne), le 27 novembre 2020. (FR?D?RIC SCHEIBER / HANS LUCAS / AFP)

C'est un mauvais signal de plus. Le nombre de patients en réanimation pour cause de Covid-19 est repassé lundi 25 janvier au-dessus du seuil des 3 000 (3 031, dont 299 entrés ces dernières 24 heures), ce qui n'était pas arrivé depuis le 9 décembre, selon les chiffres de Santé publique France. Ils étaient 2 803 malades hospitalisés en réanimation il y a une semaine.

Ce chiffre, indicateur particulièrement surveillé de la pression sur les services hospitaliers, était repassé sous les 3 000 le 10 décembre, alors que la deuxième vague de l'épidémie refluait suite au reconfinement de la population six semaines plus tôt.

Près de 450 morts en 24 heures

Par ailleurs, le nombre de patients hospitalisés pour cause de Covid-19 a continué d'augmenter lundi, à 26 888, soit 531 patients de plus que dimanche. Santé publique France a par ailleurs annoncé 449 morts ces dernières 24 heures à l'hôpital, portant le nombre total de morts causées par l'épidémie à 73 498.

Comme d'habitude au sortir d'un week-end – quand moins de tests sont pratiqués  les chiffres de contaminations sont bas, avec 4 240 nouveaux cas confirmés depuis dimanche.

Face à ces chiffres qui ne baissent pas et à la présence sur le territoire français des variants, britanniques et sud-africains notamment, bien plus contagieux, l'hypothèse d'un troisième confinement est de plus en plus évoquée. L'exécutif dit attendre le verdict sur les effets du couvre-feu à 18 heures mis en place il y a dix jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.