Covid-19 : le Samu saturé par les appels

Dans plusieurs régions, les Samu ont dû renforcer leurs effectifs pour faire face à l'afflux d'appels. Visiblement, la plateforme mise en place par le ministère de la Santé ne suffit pas à répondre au besoin d'informations de la population.

France 3

Un généraliste inquiet pour son patient appelle le Samu. Il craint qu'il n'ait été infecté par le coronavirus Covid-19. L'homme revient de vacances en famille à Venise (Italie), une zone à risque. L'assistance de régulation médicale pousse donc l'interrogatoire. Le cas paraît suffisamment sérieux pour que l'appel soit transféré au médecin du Samu. L'homme va devoir se rendre au CHU de Rouen (Seine-Maritime) pour un test. C'est le cinquième cas de la journée à être redirigé vers l'hôpital de Rouen. Au 15, les appels se succèdent, avec parfois des demandes surprenantes.

Un nouveau pic d'appels attendus avec les retours de vacances

Depuis lundi, les appels se multiplient, entre inquiétude et demande d'informations. En Moselle, pour délester son équipe du Samu, le centre hospitalier régional de Metz-Thionville a mis en place une petite cellule dédiée, chargée de faire un premier tri, ouverte de 9 heures à 18 heures, au moment où le standard est le plus sollicité. Ce service devrait rester opérationnel au moins jusqu'en milieu de semaine prochaine. Avec les retours de vacances le week-end du 29 février au 1er mars, les médecins s'attendent à un nouveau pic d'appels.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans plusieurs régions, les Samu ont dû renforcer leurs effectifs pour faire face à l\'afflux d\'appels. Visiblement, la plateforme mise en place par le ministère de la Santé ne suffit pas à répondre au besoin d\'informations de la population.
Dans plusieurs régions, les Samu ont dû renforcer leurs effectifs pour faire face à l'afflux d'appels. Visiblement, la plateforme mise en place par le ministère de la Santé ne suffit pas à répondre au besoin d'informations de la population. (France 3)