Covid-19 : le président du Medef "favorable au pass sanitaire" mais "pas pour prendre un café en bas de chez soi"

Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, s'est dit favorable à la réouverture "coûte que coûte" des différents secteurs. Il a aussi défendu la mise en place du pass sanitaire pour des cas précis.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, sur France Inter, le 11 février 2021. (FRANCEINTER / RADIO FRANCE)

Invité de la matinale de France Inter ce lundi 12 avril, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a appelé de ses vœux une réouverture le 15 mai d'un maximum de secteurs, notamment la restauration. "Il faut redémarrer cette économie. On ne peut pas vivre éternellement au crochet de l'État", explique-t-il.

"Il faut ouvrir coûte que coûte, même s'il y a des restrictions sanitaires. C'est ce que font les Anglais qui ouvrent en terrasse. Il vaut mieux être partiellement ouvert que pas du tout", assure le président du Medef.

À partir du 15 mai,"les restaurants peuvent démarrer avec les terrasses, puis avoir peut-être une jauge à l'intérieur des salles". Les salles de sport, quant à elles, "ont fait des propositions", mais "n'ont pas de réponse du ministère pour un masque qui permet de faire du sport tout en respirant convenablement", regrette-t-il.

Le Medef plaide pour pass sanitaire "sur des points très précis"

Le pass sanitaire peut-il, dans ces conditions, être un levier accélérant le retour à la normale ? "Nous y sommes favorables, mais pour des points très précis. Pour le voyage en avion, cela sera par exemple obligatoire, et puis pour des événements professionnels, par exemple le Mondial de l'automobile avec des gens qui viennent du monde entier", explique M. Roux de Bézieux.

En revanche, "pas de pass sanitaire pour aller prendre un café en bas de chez soi, il faut trouver un équilibre", conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.