Covid-19 : "Le président a tort" de ne pas taxer les plus riches pour relancer l'économie, estime Laurent Berger

Publié
Article rédigé par
Radio France

Emmanuel Macron devrait prendre exemple sur son homologue américain Joe Biden, estime le secrétaire général de la CFDT samedi sur franceinfo.

Si aux Etats-Unis Joe Biden a annoncé vouloir taxer les 1% des personnes les plus riches pour relancer l'économie après la crise épidémique, en France, Emmanuel Macron s'est félicité, dans une interview accordée à la presse régionale en fin de semaine, des récentes baisses d'impôt, et notamment de la fin de l'impôt sur la fortune. Et le chef de l'Etat n'envisage pas, pour l'instant, de taxer les plus grandes fortunes. "Le président dit non et le président a tort", a réagi le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, invité samedi 1er mai sur franceinfo. 

"Moi, je réclame un grand plan d'investissement à l'égard de la jeunesse qui a pris très cher et qui prend très cher dans cette crise. On peut le financer par une contribution exceptionnelle sur les plus riches pendant deux ans."

Laurent Berger

à franceinfo

"Je pense qu'on a besoin de remettre de la solidarité. Si on veut aller dans le même sens de ce que dit M. Biden, on fait contribuer exceptionnellement les 1% les plus riches de ce pays (...) Il ne faut pas qu'on se raconte d'histoires, ça ne priverait pas ces 1% les plus riches de quelques possibilités que ce soit pour elles", a poursuivi Laurent Berger. 

Le secrétaire général de la CFDT appelle également à la solidarité des entreprises qui ont fait du profit grâce à la crise épidémique : "On a besoin aussi dans les entreprises où on a fait des bénéfices, où on a profité d'une certaine manière des éléments de cette crise, qu'il y ait de la redistribution des richesses à l'intérieur de l'entreprise pour les salariés qui se sont mobilisés, mais aussi par le biais de la fiscalité, a-t-il plaidé. Moi, je suis pour une vraie réforme fiscale, mais j'ai compris que là, pour le coup, ça ne serait pas possible."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.