Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : le nombre de recherches sur Doctolib en lien avec santé mentale a doublé entre octobre 2020 et janvier 2021

En quatre mois, l'activité des psychologues de la plateforme a augmenté de 27%, celle des psychiatres de 10%.

Article rédigé par
Avec France Bleu - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le site internet Doctolib pour prendre un rendez-vous pour se faire vacciner. (LIONEL VADAM  / MAXPPP)

Entre octobre 2020 et janvier 2021, le nombre de recherches sur Doctolib en lien avec santé mentale a doublé, d'après les chiffres communiqués jeudi 1er avril à France Bleu par la plateforme de prise de rendez-vous en ligne. Le nombre de recherches est passé de 120 000 à 255 000 pour les psychologues, et de 105 000 à 223 000 pour les psychiatres.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations sur la pandémie dans notre direct

En quatre mois, les psychologues de la plateforme ont donc vu leur activité croître de 27%, et les psychiatres de 10%. Près de 75% des psychologues expliquent avoir constaté une augmentation de leur charge de travail ces derniers mois, essentiellement liée à l’arrivée de nouveaux patients.

Ces chiffres ne sont pas surprenants, selon Caroline Delannoy, psychologue dans le 16e arrondissement de Paris. "Nous recevons beaucoup de nouveaux patients depuis octobre dernier en raison du contexte actuel", confirme-t-elle. D'après elle, c'est aussi grâce à la "déstigmatisation de la santé mentale". "Les mutuelles se mobilisent plus pour rembourser les frais de consultation, idem pour les entreprises qui se préoccupent davantage de la santé mentale de leurs collaborateurs en finançant des programmes", explique la psychologue.

Consulter, "ce n'est pas 'du luxe'"

La Fédération française de l'assurance (FFA) a en effet annoncé le 23 mars dernier la mise en place d'un remboursement de quatre consultations psychologiques jusqu'à la fin de l'année, dans la limite de 60 euros par séance. Autant d'initiatives qui "ancrent dans les esprits que consulter un psy est important, que ce n'est pas 'du luxe'", juge Caroline Delannoy.

Près de quatre millions de créneaux de consultations restent tout de même vacants chaque année, relève Doctolib, qui estime que 800 000 patients supplémentaires pourraient être pris en charge chaque année.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.