Transport aérien : le nombre de passagers a chuté de 60% en 2020 en raison de la pandémie

La chute du nombre de passagers a atteint 50% sur les vols intérieurs et 74% sur les vols internationaux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des passagers arrivent à l'aéroport d'Heathrow, à Londres (Royaume-Uni), le 15 janvier 2021. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

La pandémie de Covid-19 a fait chuter de 60% le nombre de passagers des compagnies aériennes dans le monde en 2020, a indiqué l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) vendredi 15 janvier. Avec la restriction des voyages pour tenter de freiner la progression du coronavirus, le nombre de passagers est retombé au niveau de 2003, avec 1,8 milliard en 2020. Un chiffre très en-deçà des 4,5 milliards de 2019.

En 2020, la chute du nombre de passagers a atteint 50% sur les vols intérieurs et 74% sur les vols internationaux, qui ont transporté 1,4 milliard de personnes de moins qu'en 2019. Résultat : les compagnies ont subi des pertes cumulées de 370 milliards de dollars. Les aéroports et les fournisseurs de services de navigation aériennes ont, eux, subi des pertes respectives de 115 et 13 milliards de dollars. Une situation qui, selon l'OACI, "remet en question la viabilité financière de l'industrie et menace des millions d'emplois dans le monde".

Les conséquences de la pandémie sur le trafic aérien ont été particulièrement visibles en avril, mois durant lequel la baisse du nombre de passagers était de 92% par rapport à 2019. Le trafic a modérément repris pendant l'été dans les pays du nord, mais a chuté de nouveau à partir de septembre avec l'arrivée de la deuxième vague de la pandémie et le retour des restrictions un peu partout dans le monde. L'OACI note dans l'ensemble que les vols intérieurs ont mieux résisté aux restrictions que les vols internationaux, notamment en Chine et en Russie où le nombre de passagers est déjà revenu aux niveaux d'avant la pandémie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.