Covid-19 : le maire des Belleville "raisonnablement optimiste" pour une ouverture des stations de ski de Val-Thorens et des Menuires "avant Noël"

"On a bon espoir que d'ici une semaine ou deux, on puisse avoir des éléments" quant à la réouverture des stations de ski, a indiqué l'élu.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La station de Val Thorens (Savoie), en février 2018. (CHRISTOPHE VAN VEEN / RADIO FRANCE)

En temps normal, les stations de ski auraient dû ouvrir en ce weekend des 21 et 22 novembre. Mais ce n'est pas le cas cette année, en raison de la crise sanitaire. Mais "les dernières nouvelles sont plutôt encourageantes sur le plan sanitaire", a estimé sur franceinfo samedi 21 novembre Claude Jay, le maire de la commune des Belleville (Savoie), où se situent notamment les stations de Val-Thorens et des Menuires.

franceinfo : En temps normal, vous auriez dû ouvrir les pistes ce samedi, mais avec le protocole sanitaire, ce n'est pas possible ?

Claude Jay : Après les mesures qui ont été annoncées il y a un mois, nous sommes obligés de reporter l'ouverture de Val-Thorens à une date ultérieure. On ne connaît pas du tout les dates d'ouverture. On est malgré tout raisonnablement optimiste. Les dernières nouvelles sont plutôt encourageantes sur le plan sanitaire et qui, on l'espère, nous permettront d'ouvrir d'une façon ou d'une autre, avant noël. Pour l'instant, on ne nous a pas précisé ni la date, ni la façon dont on allait ouvrir, mais toutes les instances de la montagne travaillent en étroite collaboration avec les services de l'État et les ministères concernés. On a bon espoir que d'ici une semaine ou deux, on puisse avoir des éléments qui soient adaptés à la situation.

Y-a-t-il des réservations déjà en cours, par rapport à l'an dernier à la même période ?

Il y a une dizaine de jours, c'était de l'ordre de moins 20% à moins 30% suivant les sites. Mais, on a la chance dans Les Belleville d'avoir trois stations, Val-Thorens, Les Ménuires et Saint-Martin, avec des catégories de clientèles assez différentes. Donc, c'est un peu plus prégnant [le manque de réservations] sur Val-Thorens, parce que la clientèle est un peu plus jeune et étrangère, c'est un peu moins vrai sur Les Menuires.

Quelles dispositions comptez-vous prendre pour adapter les stations à la crise sanitaire ?

J'ai une équipe autour de moi avec une cellule Covid qui travaille à préparer la saison et son ouverture. Les maîtres-mots sont la souplesse, l'adaptabilité. Il faudra sans doute changer un certain nombre d'habitudes, peut-être faire des animations beaucoup plus ciblées qui nécessiteront moins d'attroupement. On ne sait pas encore si les restaurants vont ouvrir en début de saison, donc il faudra collectivement faire en sorte qu'on soit le plus possible dans un respect des règles sanitaires. Par exemple, on a validé, au niveau de nos stations, la possibilité de porter non pas un masque mais un tour de cou qui sera homologué et qui pourra être compatible avec les équipements de ski. Et après, on sensibilisera tous les socioprofessionnels.

Sur l'embauche des saisonniers, où en êtes-vous ?

Le ministre du Travail a donné le feu vert pour l'embauche des saisonniers. C'est une bonne nouvelle. On ouvrira sans doute d'ici une semaine ou deux nos foyers-logements pour les saisonniers. Et il y a quand même des bonnes nouvelles, puisque Val-Thorens vient d'être nommée, une fois de plus, meilleure station du monde.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.