Covid-19 : l'effigie d'un pompier pendue dans un rassemblement antivaccin, le maire de Nancy annonce un signalement à la justice

Des personnalités controversées et populaires dans la sphère complotiste, comme Christian Perronne ou encore Martine Wonner, étaient sur place. Cette dernière assure que la mise en scène ne visait pas les pompiers de Meurthe-et-Moselle.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire PS de Nancy, Mathieu Klein, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 8 juin 2021. (MAXPPP)

Des personnes opposées aux mesures prises par le gouvernement pour faire face au Covid-19 ont manifesté, samedi 3 juillet, à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Sur le lieu de rassemblement, un mannequin à l'effigie d'un pompier avait été pendu avec un panneau sur lequel était écrit "le Sdis m'a tué".

Le maire PS de Nancy, Mathieu Klein, a écrit sur Twitter qu'il comptait faire un signalement au procureur de la République, soulignant le rôle essentiel des pompiers de Meurthe-et-Moselle dans la couverture vaccinale du département.

"Aucune attaque" contre les pompiers, selon Martine Wonner

Des personnalités controversées, et populaires dans la sphère complotiste, étaient présentes comme Christian Perronne, fervent partisan de Didier Raoult et de l'hydroxychloroquine et ancien chef du service maladies infectieuses à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), démis de ses fonctions en décembre 2020.

Il a pris la parole face aux manifestants, comme la députée (ex-LREM) Martine Wonner, qui a déjà fait polémique à plusieurs reprises en estimant que le port du masque "ne sert strictement à rien"L'élue a répondu au maire de Nancy, dimanche matin, sur Twitter, affirmant que son message était "mensonger". "Aucune attaque" contre les pompiers de Meurthe-et-Moselle, selon elle, "mais une très grande souffrance exprimée par un pompier du Doubs".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.