Covid-19 : le gouvernement se dit prêt à étaler davantage le remboursement des prêts garantis par l'Etat... voire à les transformer en subventions

"Je suis prêt à regarder pour certains secteurs qui continuent à être les plus touchés par la crise (...) si un échéancier plus étendu serait possible", a promis Bruno Le Maire devant la commission des Finances du Sénat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des pièces et des billets en euros, photographiés en novevmbre 2019. (AFP)

La fin du "Quoi qu'il en coûte" n'est pas pour demain. Le gouvernement est ouvert à un étalement plus important du remboursement des prêts garantis par l'Etat (PGE) pour les entreprises particulièrement touchées par la crise liée au Covid-19. Et même à les transformer "au cas par cas" en subvention, a annoncé mercredi 27 janvier le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

Les entreprises qui ont souscrit un PGE peuvent étaler son amortissement sur une durée de cinq ans, sachant qu'aucun remboursement n'est désormais exigé pendant les deux premières années. Mais le report éventuel du début du remboursement "renforce le poids des échéances", qui sont calculées sur une durée plus courte, a reconnu Bruno Le Maire. "Je suis prêt à regarder pour certains secteurs qui continuent à être les plus touchés par la crise, et pour lesquels les montants des prêts sont les plus importants, si un échéancier plus étendu serait possible", a-t-il affirmé devant la commission des Finances du Sénat.

Une possibilité de transformation en "subvention"

"J'engagerai les discussions avec la Commission européenne pour étudier, dans certains secteurs spécifiques, si cet étalement est envisageable", a ajouté le ministre. Bruxelles doit en effet donner son feu vert à un dispositif qui consiste en une aide d'Etat. Le ministre a notamment cité le secteur de l'aéronautique, dont les perspectives de retour à une activité normale restent éloignées.

Par ailleurs, il a également dit souhaiter soumettre à Bruxelles la possibilité de transformer "au cas par cas" certains PGE en "subvention", là encore pour les entreprises les plus en difficulté.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.