Covid-19 : "Le couvre-feu à 18 heures a des effets positifs, même si la pression sur les hôpitaux est forte", constate le maire de Colmar

Éric Straumann plaide sur franceinfo pour des "confinements différenciés", territoire par territoire. Il demande au chef de l'État "de s'appuyer davantage sur les élus locaux".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une femme marche dans le centre-ville de Colmar, le 31 octobre 2020. (JEAN-MARC LOOS / MAXPPP)

"Le couvre-feu à 18 heures a des effets positifs, même si la pression sur les hôpitaux et les réanimations est forte", à Colmar, décrit le maire Les Républicains de la ville du Haut-Rhin, Éric Straumann, jeudi 21 janvier sur franceinfo. Le taux d'incidence (nombre de cas positifs pour 100 000 habitants, sur une semaine glissante) est passé sous le seuil des 200 cas pour 100 000 habitants à Colmar.

>> DIRECT. Covid-19 : suivez toutes les infos liées à la pandémie de coronavirus

franceinfo : Faut-il envisager un reconfinement, au regard de la tendance à la hausse du nombre de contaminations au Covid-19 ?

Éric Straumann : J'étais favorable au couvre-feu à 18 heures pour éviter un reconfinement. J'entends les spécialistes, c'est au gouvernement de trancher. Il faut tout de même voir que le couvre-feu a eu des effets positifs chez nous, la pression est un peu moins forte, on est sous le seuil des 200 cas pour 100 000 habitants. Le couvre-feu à 18h a des effets positifs, même si la pression sur les hôpitaux et les réanimations est forte. Il y a sur ces éléments statistiques un impact.

Le variant anglais du coronavirus vous inquiète-t-il ?

On ne m'a pas signalé de variant britannique, mais un cas de variant sud-africain, du côté de Colmar. Le variant britannique n'a pas atteint le département.

"Je pense qu'il faut des confinements différenciés."

Éric Straumann, maire LR de Colmar

à franceinfo

Je vois des départements où le taux d'incidence est très faible. Nous, on est dans une zone frontalière où les Allemands ont des restrictions plus fortes. Il ne faut pas mettre tout le monde au même régime, il faut voir territoire par territoire. Même si la République est une et indivisible, je ne l'oublie pas.

"Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs", déclare ce jeudi Emmanuel Macron. Vous sentez-vous visé ?

Je ne me sens pas visé, j'essaye d'être constructif. Je n'ai pas de leçon à donner, bien sûr que l'État vit des contraintes très fortes. Je pense qu'il y a aussi ce phénomène des réseaux sociaux où chaque commentaire est amplifié. Il ne faut pas les suivre quand on est à la tête de l'État. On a certes commis un certain nombre d'erreurs, je partage l'analyse du chef de l'Etat qui dit que nous sommes en crise et il faut absolument endiguer cette pandémie avec tous les moyens, et que chacun s'y engage. On a un peu le secret de faire enfler des polémiques inutiles et contre-productives dans cette pandémie. Mais je demande au chef de l'État de s'appuyer davantage sur les élus locaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.