Covid-19 : le confinement partiel à La Réunion désespère les restaurateurs

En raison de propagation de l'épidémie de Covid-19, de nouvelles restrictions s'appliquent sur l'île de La Réunion et à la Martinique.

Article rédigé par
Céline Autin - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un confinement partiel en journée, renforcé d'un couvre-feu strict de 18 heures à 5 heures, sera mis en place à La Réunion à partir du 31 juillet 2021, et pour une période de deux semaines. Ci-contre, Saint-Denis-de-la-Réunion, lors du premier confinement, le 31 mars 2020. Photo d'illustration. (RICHARD BOUHET / AFP)

Une réunion à Matignon est consacrée, vendredi 30 juillet, aux départements d’Outre-mers qui subissent des restrictions à cause de la propagation de l’épidémie de Covid-19. Après la Martinique, un confinement partiel va notamment être mis en place à La Réunion à partir de samedi. Le Premier ministre Jean Castex doit notamment annoncer des mesures d'accompagnement économiques aux bars, restaurants et salles de sport qui doivent fermer leurs portes pour quinze jours sur l'île.

Les professionnels ne s'attendaient pas à une telle mesure et réagissent vivement à cette nouvelle annonce de fermeture. Olivier Blondet gère deux restaurants et une discothèque à La Réunion. Il a vu le taux d'incidence de l'île grimper de 149 à 350 nouveaux cas de Covid-19 en moins d'un mois. Mais devoir fermer à nouveau ses établissements, ça ne passe pas : "Depuis le début de l’épidémie à La Réunion on a appliqué toutes les mesures qui nous a été demandées soit par l’Agence régionale de santé, soit par le gouvernement. Il n’y a jamais été recensé un cluster dans un bar ni dans un restaurant, et je parle depuis le premier confinement."

Une détresse économique

Le restaurateur emploie une quarantaine de salariés. Pour lui, le nouveau confinement va faire très mal. "Je vais devoir fermer totalement et malheureusement les mettre au chômage partiel et donc leur demander encore une fois de faire un effort personnel en leur demandant à renoncer à 40% de leur pouvoir d’achat", déplore Olivier Blondet.

Cette détresse économique va être notamment abordée lors d'une réunion à Matignon. "Nous souhaitons que l’on puisse retrouver le niveau d’aide du mois de mai notamment ce qui concerne le fonds de solidarité mais également l’activité partielle de nos personnels et pour que les entreprises puissent à nouveau profiter du PGE", explique Patrick Serveaux, président de l'Union des métiers et des industries de l’Hotellerie (Umih) de la Réunion. Les professionnels espèrent maintenant que la fermeture ne dépassera pas les quinze jours pour l’instant annoncés.

Confinement à La Réunion : reportage de Céline Autin
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.