Covid-19 : la popularité d’Emmanuel Macron mise à l’épreuve de la crise

Le président de la République est plus haut dans les sondages en février 2021 (40% d'opinions favorables) qu'avant la crise, en janvier 2020 (30%), alors qu'il était empêtré dans la réforme des retraites. La crise a-t-elle poussé les Français à serrer les rangs derrière le chef de l'Etat ? 

France 3

Malgré la crise, Emmanuel Macron limite les dégâts dans l’opinion. Si certains passants rencontrés par France Télévisions lui reprochent sa gestion de l’épidémie, beaucoup se montrent indulgents face à cette situation exceptionnelle. Sa cote de popularité est à 40 % d’opinions favorables en février 2021, soit plus qu’avant l’épidémie. En effet, le président était impopulaire en janvier 2020 (30 % d’opinions favorables), lorsqu’il était empêtré dans la réforme des retraites. Face à la progression de l’épidémie, le chef de l’État choisit une stratégie martiale, en mars 2020, avec l’annonce du confinement de la population. Les Français approuvent, et lui font gagner plus de dix points de popularité. 

Une cote stable malgré les polémiques sur la vaccination 

Mais avec le déconfinement, et ses différentes polémiques, sur les tests ou les masques par exemple, sa cote de popularité chute en juin 2020. Quand la deuxième vague touche la France après l’été, et qu’Emmanuel Macron annonce le reconfinement, sa popularité remonte. Encore aujourd’hui, même avec les polémiques sur la vaccination, il se maintient au-dessus des 40 %. "Il bénéficie d’une dissociation, c’est-à-dire que les critiques sont fortes sur la crise mais elles ne lui sont pas directement adressées, analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’institut de sondage IFOP. C’est un effet drapeau, les Français serrent les rangs derrière le président de la République." 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République à l\'Elysée lors d\'une réunion par vidéoconférence avec des responsables de l\'Union africaine, mercredi 17 février 2021.
Le président de la République à l'Elysée lors d'une réunion par vidéoconférence avec des responsables de l'Union africaine, mercredi 17 février 2021. (GONZALO FUENTES / AFP)