Covid-19 : "La courbe des cas est vraiment en expansion extrêmement importante", alerte l'infectiologue Jean-Paul Stahl

Selon Santé publique France vendredi, il y a plus de 2 000 patients qui sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs en raison du Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un nouveau patient atteint par le Covid-19 arrive dans le service de réanimation médicale du GHR Mulhouse Sud-Alsace, vendredi 3 décembre 2021. (DAREK SZUSTER / MAXPPP)

"La courbe des cas de Covid est vraiment en expansion extrêmement importante", a déclaré vendredi 3 décembre sur franceinfo Jean-Paul Stahl, infectiologue, professeur émérite de maladies infectieuses au CHU de Grenoble. Plus de 2 000 patients sont actuellement en réanimation ou en soins intensifs en raison du Covid-19, selon les chiffres publiés vendredi par Santé publique France.

>> Suivez l'évolution de l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Un conseil sanitaire se tiendra lundi 6 décembre alors que le gouvernement n'exclut pas d'annoncer de nouvelles mesures la semaine prochaine pour ne pas se laisser submerger par la cinquième vague de Covid-19. face à l'arrivée du variant Omicrondont plusieurs cas ont été confirmés en France métropolitaine.

franceinfo : Est-ce qu'on peut parler de "courbe vertigineuse" des contaminations comme l'a fait le gouvernement ?

Jean-Paul Stahl : La courbe des cas de Covid est vraiment en expansion extrêmement importante. Ce n'est pas forcément très étonnant, il y a toutes les conditions qui sont requises. Un virus très contagieux, le variant Delta, l'Omicron c'est peut-être le futur, le froid qui vient, la proximité de plus en plus importante parce qu'à cause du froid on se retrouve à l'intérieur et puis le nombre extrêmement insuffisant de vaccinés. Il y a toute une frange de la population qui n'est pas vaccinée et qui ne veut pas l'être et l'épidémie se développe chez eux.

La situation dans les hôpitaux va-t-elle s'aggraver ?

Ca n'est pas encore la catastrophe telle qu'on a pu la constater lors des précédents épisodes. Mais il y a toujours un décalage de 15 jours entre ce qui se passe dans la population et le retentissement dans les hôpitaux. Pour l'instant les hôpitaux constatent une augmentation mais ils peuvent la gérer. Qu'est-ce qu'il en sera dans 15 jours, trois semaines, je n'en sais rien. On peut projeter que le pic sera après les rassemblements de Noël et du Nouvel an, mais on a appris à être extrêmement modeste sur les prédictions.

Pourquoi ne fait-on pas de sérologie avant de faire la dose de rappel ?

Parce que personne dans le monde n'est capable de vous dire le taux d'anticorps qui protège. Faire un dosage des anticorps dit s'il y en a mais cela ne dit pas à quel niveau vous avez la protection. Absolument personne ne peut vous dire ça. Donc faire une sérologie pour dire si on vaccine ou pas serait totalement inutile. On n'a pas le seuil au-dessus ou en-dessous duquel vous êtes protégé.

Quelles mesures supplémentaires faut-il prendre pour sauver les fêtes de Noël ?

Rendre obligatoire la vaccination parce que c'est la clé de la réussite et de la sortie de l'épidémie. A plus de 90% des personnes hospitalisées pour Covid sont non-vaccinées ou mal vaccinées. Le deuxième point, on peut prendre des mesures barrières pour empêcher la transmission d'un porteur à un récepteur, mais ces mesures visent à protéger les non-vaccinés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.