Covid-19 : la campagne de dépistage en Auvergne-Rhône-Alpes a trouvé quatre fois plus de cas positifs qu'attendu, selon Laurent Wauquiez

Le taux de positivité des 600 000 tests réalisés depuis mi-décembre atteint 4,1%, alors qu'un taux d'1% était attendu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une femme se présente dans une tente installée à Lyon dans le cadre d'une  campagne de dépistage du Covid-19 lancée par la région Auvergne-Rhône-Alpes, le 16 décembre 2020. (NICOLAS LIPONNE / HANS LUCAS / AFP)

Est-ce le reflet d'une situation épidémique plus grave qu'imaginé ? Les plus de 600 000 tests réalisés dans le cadre de la campagne de dépistage du Covid-19 lancée par la région Auvergne-Rhône-Alpes affichent un taux de positivité de 4,1%, a indiqué le président de la région Laurent Wauquiez mercredi 23 décembre. "Les estimations scientifiques tablaient sur un taux d'environ 1%", a-t-il affirmé.

Les données sont celles obtenues mardi midi et "ne sont pas consolidées", a-t-il précisé. Dans le détail, 625 940 tests ont été réalisés, et 28 848 se sont avéré positifs. Cette campagne massive, dont le coup d'envoi a été donné le 14 décembre, doit se prolonger jusqu'à jeudi. 

Des contaminations évitées ?

Une diminution de la circulation du virus a été notée dans le Rhône et la métropole de Lyon ainsi qu'en Savoie. En revanche, un taux de positivité plus élevé a été relevé en Haute-Savoie (5,2%), Isère (4,8%), Loire et Allier (4,6%).

Se félicitant du bilan de cette initiative, qui a coûté 19 millions d'euros à la région, Laurent Wauquiez a estimé qu'elle avait "permis d'éviter de 10 000 à 30 000 contaminations supplémentaires en cassant la chaîne de transmission".

Mi-novembre, le ministre de la Santé Olivier Véran avait qualifié la décision de Laurent Wauquiez d'organiser une campagne massive de tests avant Noël "d'effet d'annonce""Aujourd'hui, on tend la main au gouvernement pour qu'on travaille ensemble, notamment en ce qui concerne les lycées", a déclaré Laurent Wauquiez mercredi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.