Covid-19 : Jean Castex au chevet des soignants dans la Loire

Le taux d'incidence dépasse désormais les 1 000 cas de coronavirus pour 100 000 habitants dans ce département.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean Castex, samedi 7 novembre 2020 au CHU de Saint-Etienne (Loire). (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Après l'hommage national rendu aux victimes de l'attaque terroriste de Nice, le Premier ministre Jean Castex s'est rendu samedi 7 novembre auprès des soignants de la Loire, fortement éprouvés par la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 qui continue de progresser.

"Je ne suis pas simplement venu pour vous encourager, mais aussi pour mieux connaître votre réalité, et éventuellement aider à débloquer des choses", a déclaré le Premier ministre aux soignants des services d'urgence du CHU de Saint-Étienne, dans ce département dont la situation sanitaire est la plus dégradée de France.

Remettre l'urgence sanitaire au centre de l'attention

Dans la Loire, le taux d'incidence dépasse en effet les 1 000 cas de coronavirus pour 100 000 habitants, alors qu'en Auvergne-Rhône-Alpes le taux d'incidence a été multiplié par quatre en un mois, selon le directeur de l'ARS Jean-Yves Grall. Depuis mi-octobre, une soixantaine de patients de la zone ont dû être transférés dans des hôpitaux d'autres régions.

Officiellement, cette visite visait à prendre le pouls des soignants et à leur manifester le soutien du gouvernement dans cette nouvelle épreuve. Mais l'entourage du chef du gouvernement a aussi souligné sa volonté de remettre l'urgence sanitaire au centre de l'attention, après plusieurs jours de vifs débats autour des modalités du deuxième confinement.

"Je suis inquiet, la situation est très difficile, les chiffres le montrent en Europe avec une accélération brutale de l'épidémie. On a dû prendre les mesures difficiles, il faut les respecter parce que sinon, nous serons encore conduits à les durcir", a prévenu Jean Castex devant la presse à l'issue de sa visite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.