Covid-19 : "Il y a un vrai problème de méthode", dénonce le Syndicat des enseignants-Unsa face à l'allégement du protocole sanitaire à l'école

"Il faut qu'on ait des processus très clairs et ce n'est pas le cas", déplore lundi sur franceinfo Stéphane Crochet, alors que le gouvernement a annoncé dimanche soir l'entrée en vigueur, dès mardi, d'un protocole sanitaire allégé dans les écoles.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une élève en classe à Vincennes, près de Paris, le 1er septembre 2020. (MARTIN BUREAU / AFP)

"Il y a un vrai problème de méthode. Quand on est en situation de crise, il faut qu'on ait des processus très clairs et ce n'est pas le cas", déplore le secrétaire général du Syndicat des enseignants-Unsa (SE-Unsa) Stéphane Crochet lundi 21 septembre sur franceinfo, alors que le gouvernement a annoncé dimanche soir l'entrée en vigueur, dès mardi, d'un protocole sanitaire allégé dans les écoles contre le Covid-19.

"On navigue à vue, les décisions arrivent par surprise, les raisons de ces décisions sont faiblement communiquées aux personnels qui se retrouvent face à l'inquiétude notamment des familles", explique-t-il, estimant que cette décision "peut permettre à l'école de fonctionner plus facilement proche de la normale. Pour autant il va falloir suivre la situation épidémique de très très près."

On est en pleine recrudescence. À l'école, on a un allègement. Ce n'est pas si facile que ça à accepter, en tout cas sans qu'il y ait d'inquiétude.

Stéphane Crochet

à franceinfo

Stéphane Crochet regrette "la méthode" du ministère de l'Education nationale qui annonce ce protocole le dimanche soir et lui demande "de donner les informations avec plus visibilité. Les donner aux personnels avant de le dire dans les médias ou au moins en même temps. Donner les explications scientifiques qui vont avec. On ne peut pas seulement mettre en œuvre des règles, des changements de règles, des nouvelles règles, sans en comprendre le sens."

Inquiétude des familles et des personnels

Selon lui, les enseignants ressentent toujours "beaucoup d'inquiétude", malgré leur "volonté quand même de préserver nos élèves, l'atmosphère des classes et des écoles. Les annonces surprises du jeudi soir du ministre de la Santé, les mises à jour de protocole le dimanche soir, ça n'aide pas les professionnels à pouvoir expliquer les décisions."

"Les enfants sont plutôt rassurés et vivent plutôt bien l'école, mais ce sont les familles, ce sont les personnels qui s'inquiètent. Chacun peut avoir dans son entourage des personnes vulnérables et donc cette sensation d'avoir des décisions qui s'ajustent plus pour le fonctionnement ordinaire de la vie de la société que par des décisions scientifiques, ça n'aide pas à être complètement rassuré", admet-il.

Par ailleurs, le protocole sanitaire n'est toujours pas assez concret : "La chaine de décision et la chaine d'information reste assez peu claire pour les directrices et les directeurs d'école qui, quand ça leur arrive, ne savent toujours pas très bien ce qu'ils ont à faire et d'où viendront les consignes définitives."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.