Covid-19 : "Il faut faire le maximum pour laisser les frontières ouvertes" en Europe, plaide l'eurodéputé Pascal Canfin

"Il n'y a aucune raison d'avoir des discriminations particulières à la frontière", estime le député européen La République en marche, alors que le Conseil européen se réunit jeudi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'eurodéputé Pascal Canfin, en mars 2019. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Il faut faire le maximum pour laisser les frontières ouvertes", appelle jeudi 21 janvier sur franceinfo le député européen La République en marche Pascal Canfin, président de la commission de l'environnement du Parlement européen, avant le Conseil européen en visioconférence jeudi. Les États membres abordent la question des contrôles des voyageurs et citoyens, notamment dans l'espace Schengen, dans le cadre de la lutte contre l'épidémie de Covid-19.

franceinfo : Faut-il fermer les frontières entre les États européens pour limiter la circulation du virus ?

C'est une question très difficile, d'un point de vue objectif, il n'y a aucune raison d'avoir des discriminations particulières à la frontière, en dehors d'une réponse nationaliste, qui ne se justifierait ni du point de vue sanitaire, ni du point de vue économique. Il faut faire le maximum pour laisser les frontières ouvertes et contrôler de la même façon les flux internes, et notamment protéger les travailleurs frontaliers.

Les mesures de contrôle seront renforcées dans l'espace Schengen, mais pas forcément pour les travailleurs frontaliers. N'y a-t-il pas une contradiction ?

C'est toute la difficulté, on navigue dans ce dilemme entre économie et sécurité sanitaire. Tout cela est assez théorique, autant ne pas jouer avec des mesures qu'on ne sera pas capable de mettre en place. De toute façon, qui va contrôler 350 000 de véhicules et de tests par jour ?

Quels types de tests devraient être pratiqués ?

C'est là encore un dilemme. La décision politique est compliquée à prendre, les tests doivent être rapides pour conserver les flux ouverts et garder un minimum de certitude sur la personne, qu'elle n'est pas malade et qu'elle ne contaminera pas ses collègues de travail. Cela me semble être le meilleur compromis possible. La question est de savoir si les travailleurs frontaliers pourront passer.

Que pensez-vous du passeport vaccinal, question qui sera abordée lors du Conseil ?

C'est une bonne idée, plus tard, d'avoir un passeport vaccinal européen. Cette discussion doit être mondiale. C'est la seule façon, à terme, d'avoir une règle du jeu. Mais pour le moment c'est beaucoup trop tôt. Si vous commencez à mettre en place des règles du jeu pour mettre en place un passeport vaccinal, vous créez encore plus de frustration et de chaos. C'est une logique pertinente à la fin de l'année.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.