Covid-19 : "Il faudra des aides jusqu'à l'été", alerte le directeur artistique du club de jazz Le Duc des Lombards

La billeterie est "en berne", les salles de spectacles embouteillées par les reports... Sébastien Vidal exprime son pessimisme.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Sébastien Vidal,  directeur artistique du club de jazz Le Duc des Lombards, le 17 juillet 2021. (ERIC OTTINO / MAXPPP)

"Il faut des aides au moins jusqu’à l’été", alerte jeudi 20 janvier sur franceinfo Sébastien Vidal, membre du Prodiss, syndicat national du spectacle musical et de variété, directeur artistique du club de jazz Le Duc des Lombards. Après le Conseil des ministres et du Conseil de défense sanitaire de jeudi, Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a annoncé que Jean Castex, le Premier ministre et le ministre de la Santé, Olivier Véran, présenteraient à 19 heures "un calendrier précis" d'"allègement des mesures pour donner des perspectives aux Français". Sébastien Vidal attend les annonces avec impatience, mais juge "irréel" un retour à la normale dès le week-end prochain.

Pour le moment, les concerts debout sont interdits et des jauges de 5 000 personnes en extérieur et 2 000 en intérieur sont imposées aux organisateurs. "Il faut des aides au moins jusqu'à l'été. C'est nécessaire."

"Aujourd'hui, il y a un embouteillage incroyable dans les salles françaises à cause de tous les reports des concerts qui étaient prévus au début de la pandémie."

Sébastien Vidal,  directeur artistique du club de jazz Le Duc des Lombards

à franceinfo

Sébastien Vidal souligne l’énergie qu’il faudra pour redémarrer la machine et "reprogrammer" les concerts et "les remettre sur les rails". Mais le plus important, selon lui, c’est de relancer la billetterie qui "est en berne". Mais il n’est pas étonné. "On a passé quasiment deux ans à expliquer aux gens qu'ils risquaient quelque chose dans les salles de concert, alors qu’on a prouvé que ce n’était pas vrai. Il y a forcément une crainte, une attente de la part du public qui n'achète pas de billets ou qui achète au dernier moment. Comment on donne à nouveau envie aux gens d'acheter des places de spectacles ?", s’interroge-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.