Covid-19 en Martinique : "On s'occupe du rapatriement de tous les touristes", assure un représentant d'agences de voyage

Les touristes sont appelés à rentrer chez eux rapidement, car l'île est sujette à une forte croissance de l'épidémie de Covid-19 et les hôpitaux sont saturés.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'aéroport Aimé Césaire au Lamentin, en Martinique, en juin 2021 (illustration). (FANNY FONTAN / HANS LUCAS)

"On s'occupe du rapatriement de tous les touristes en Martinique", tandis que ceux qui ont annulé leur voyage seront remboursés intégralement par "leur tour-opérateur ou leur agence de voyages", a affirmé mardi 10 août sur franceinfo Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du voyage (EDV).

Le préfet de Martinique a en effet appelé à rapatrier les touristes le plus tôt possible, alors que l'île est soumise à un reconfinement strict pour trois semaines depuis lundi soir, après une recrudescence vive de l'épidémie de Covid-19. Les touristes vulnérables et non vaccinés sont appelés à rentrer chez eux au plus vite.

Des billets d'avion aux tarifs élevés

"Aujourd'hui, les touristes sont quelques centaines" sur place, a indiqué Jean-Pierre Mas, alors que nombre d'entre eux étaient partis à l'annonce du premier confinement. "Les compagnies aériennes vont mettre en place des vols supplémentaires pour assurer les rapatriements", a-t-il poursuivi. "Il reste des places dans des tarifs relativement élevés, entre 650 et 750 euros, mais il y a de la place pour rentrer", a affirmé le président des Entreprises du voyage. "On n'aura pas des aéroports engorgés", a-t-il ajouté, en précisant que les compagnies vont s'adapter à la demande.

Si les touristes abrègent leur séjour, "l'agence de voyages assure le rapatriement et peut rembourser la part de séjour qui n'est pas effectuée, si la durée de séjour est importante", a expliqué Jean-Pierre Mas. Les touristes partis sans agence doivent négocier avec leur hébergeur. "Pour rentrer, il faut qu'ils se rapprochent de la compagnie aérienne auprès de laquelle ils avaient réservé pour trouver un nouveau billet d'avion", a détaillé le professionnel. Selon lui, "c'est une seconde année difficile" pour les entreprises du voyage. "La Martinique est une destination importante qui avait déjà subi une très forte baisse cet été."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.