Covid-19 : en Guadeloupe, le nombre de cas positifs a quasiment triplé en une semaine

La situation est jugée "très très préoccupante" par la directrice de l'Agence régionale de santé (ARS).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Dans une unité de soins intensifs du CHU de Pointe-à-Pitre, le 3 septembre 2021. (CARLA BERNHARDT / AFP)

Le nombre de nouveaux cas de Covid a été quasiment multiplié par trois en une semaine et continue de progresser de manière soutenue en Guadeloupe, où le variant Delta reste majoritaire, ont annoncé l'ARS et la préfecture, mercredi 29 décembre.

Quelque 543 cas ont été recensés du 20 au 26 décembre, contre 203 la semaine précédente et "près de 850 cas ont été recensés en moins de trois jours" pour le début de la semaine allant du 27 décembre au 2 janvier, a précisé Valérie Denux, directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS), lors d'une conférence de presse. "La situation de cette semaine est vraiment très très préoccupante", a-t-elle expliqué.

Le variant Delta reste majoritaire mais la présence du variant Omicron détecté pour la première fois le 17 décembre "pourrait faire basculer ce rapport dans les jours prochains". Deux femmes âgées de 76 ans sont décédées en Guadeloupe et à Saint-Martin.

La vaccination progresse lentement sur l'île

"Ça va très très vite", a souligné Valérie Denux, comparant cette accélération à celle connue lors de la quatrième vague, qui avait durement touché l'archipel entre juillet et octobre. "De mi-juillet à mi-octobre", l'épidémie de Covid-19 a provoqué 822 décès au total en Guadeloupe, selon les autorités, qui ont diligenté une enquête prenant en compte tous les certificats de décès "avec la mention Covid".

La vaccination en Guadeloupe progresse très lentement avec moins de 47% des plus de 18 ans ayant eu une première dose. Cependant, sur 16 500 professionnels de santé soumis à l'obligation vaccinale, "près de 94%" sont "en conformité" et "sur les 6% non conformes, la moitié d'entre eux ne sont pas des soignants au lit du malade", souligne l'ARS. Un "comité d'accompagnement des personnels suspendus" a été mis en place, visant à accompagner le personnel soumis à l'obligation vaccinale et l'ayant refusée. "A ce stade, plus de mille personnes sont suspendues", précise la préfecture, et parmi elles, 569 se sont déjà inscrites à la cellule.

Le ministère des Outre-mer a annoncé la semaine dernière que le personnel de santé des Antilles réfractaire à l'obligation vaccinale serait "suspendu" au 31 décembre et pourrait "s'orienter vers un nouveau métier" via une "cellule de reconversion".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.