Covid-19 : en Guadeloupe, la situation actuelle est "la chronique d'une quatrième vague annoncée" alerte l'agence régionale de santé

Les nombre de cas de Covid-19 sur l'île des Caraïbes a triplé en une semaine, s'alerte l'agence régionale de santé, selon qui cela laisse présager l'arrivée d'une quatrième vague " qui semble assez violente". 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un soignant de l'hôpital Les Abymes, en Guadeloupe, le 9 avril 2020. (CEDRICK ISHAM CALVADOS / AFP)

La situation sanitaire en Guadeloupe s'apparente à une "chronique d'une quatrième vague annoncée, qui nous semble assez violente", s'est inquiété mardi 27 juillet sur franceinfo Valérie Denux, directrice générale de l'agence régionale de santé (ARS) de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Les cas sont multipliés par trois et il y a une augmentation du nombre de passages aux urgences. 

franceinfo : Quelle est la situation sanitaire en Guadeloupe ?

Valérie Denux : Nous sommes très inquiets. C'est malheureusement la chronique d'une quatrième vague annoncée, qui nous semble assez violente parce que nous avons triplé le nombre de cas entre les semaines du 12 et du 19 juillet. On a atteint 1 040 cas pour la semaine du 19 juillet uniquement, ce qui est énorme pour nous. Cela représente un taux d'incidence d'à peu près 276 cas pour 100 000 habitants en Guadeloupe, avec un taux de positivité des tests qui est autour de 10 %. Depuis le 26 juillet, on a déjà détecté 300 cas avec un taux de positivité à 15% donc cela va très vite. Dans le cas des vagues précédentes, nous avions des montées assez lentes en Guadeloupe. Elles étaient progressives, avec des montées de cas qui étaient entre 10% et 20% d'une semaine sur l'autre. Actuellement, c'est multiplié par trois. C'est très impressionnant.

L'augmentation des cas a-t-elle des conséquences dans les hôpitaux ?

Un peu puisque nous avons une augmentation des passages aux urgences, des appels au Samu et aux pompiers. On a aussi une légère augmentation des patients en soins critiques mais on sait qu'il y a un petit décalage d'une dizaine ou d'une quinzaine de jours, on est donc très inquiets.

Combien de Guadeloupéens sont vaccinés ?

C'est un point très inquiétant puisque nous avons un taux de vaccination qui est faible, autour de 27% de primo-vaccinés chez les plus de 18 ans. Si l'on prend en compte toute la population, nous avons 21% de primo-vaccinés, ce qui est très faible. Nous sommes évidemment très inquiets. Cela donne potentiellement beaucoup de cas, d'autant plus que, sur nos territoires, nous avons beaucoup de personnes fragiles : environ un tiers de la population guadeloupéenne est en affection de longue durée. Nous avons beaucoup de personnes âgées et d'autres qui ont des pathologies de type cardiaque, par exemple. Il y a aussi beaucoup d'obésité.

Pensez-vous que l'augmentation des cas est due au tourisme estival ?

Les mouvements de population partout en France peuvent favoriser le brassage et les contaminations. Ceci étant, nous avons quand même des précautions assez fortes, avec des dépistages avant d'arriver. On constate que 90% à 93% des gens testés positifs habitent en Guadeloupe, donc il y a une circulation autochtone du virus. Les gens ont été très précautionneux assez longtemps, mais on sent qu'ils sont fatigués, qu'ils en ont assez et ont envie d'être en vacances. Ils portent moins les masques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.