Covid-19 : Emmanuel Macron à la recherche d'un modèle hybride pour freiner le virus en Île-de-France

Le chef de l'État réfléchit à un système inédit, avec par exemple "plus de télétravail la semaine, moins de brassage en intérieur, mais de l'oxygénation le week-end".

Article rédigé par
Avec France Bleu - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un policier contrôle un homme à Paris, le 31 mars 2020 (illustration). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Pour limiter la propagation du Covid-19, Emmanuel Macron veut prendre pour l'Île-de-France "des mesures de freinage qui aient un autre visage que celles qu’on a connues" et qui dureront "quelques semaines". Le chef de l’État veut innover pour "prendre en compte les réalités de la vie francilienne et de l’organisation du temps" dans cette région. C’est ce qu’il a annoncé face à une dizaine de maires lors d’une réunion qui s'est tenue en visioconférence mercredi 17 mars au soir, selon France Bleu qui s'est procuré un extrait sonore de cette rencontre.

En revanche, lors de cette réunion, Emmanuel Macron a convenu qu’on "ne peut pas reconfiner" les Franciliens "du vendredi soir au dimanche soir, parce que c’est une vie qui est impossible". En région parisienne, le chef de l’État reconnaît sans difficulté que "le confinement le week-end est une mesure qui est compliquée à prendre". Les élus d’Île-de-France qui étaient présents ont évoqué le rythme des Franciliens, entre les trajets en métro ou RER, les bouchons, les horaires de travail et un retour souvent tard le soir à la maison.

"Être dehors est plutôt bon"

Emmanuel Macron se laisse encore le temps de la réflexion sur les mesures à prendre pour cette région. "On réfléchit dans les prochaines heures à trouver des mesures adaptées et donner un horizon de temps", a-t-il affirmé face aux élus. Le chef de l’État veut tenter "d’avoir la réponse la plus adaptée et proportionnée, et qui soit bien intelligible pour nos concitoyens". Il faut des "mesures de freinage", parce que la stratégie "tracer-alerter-protéger" ne suffira pas et parce que la vaccination va prendre encore plusieurs semaines.

Le chef de l'État cherche un modèle hybride, confirment plusieurs participants à franceinfo, en esquissant une recette : "Plus de télétravail par exemple la semaine, moins de brassage en intérieur, mais de l'oxygénation le week-end." Face aux élus franciliens, Emmanuel Macron confie avoir entendu "la fatigue des jeunes dans les quartiers populaires, la nécessité de continuer à faire du sport, et puis la question du grand air. On a quand même appris quelque chose depuis le premier confinement, c’est qu’être dehors est plutôt bon, si on ne fait pas de grandes fêtes. On se contamine plutôt dans des lieux clos dans les moments où on mange, on boit, on parle en enlevant le masque, on chante. Mais quand on est à l’extérieur et qu’on arrive à tenir les distances, il y a beaucoup moins de risques."

"Il faut des mesures qui permettent de souffler tout en donnant de la visibilité dans le temps."

Emmanuel Macron

visioconférence avec des maires

Le chef de l’État s’inquiète aussi de "la soutenabilité du couvre-feu au moment du changement d’heure, surtout dans les métropoles" et cherche des réponses "adaptées, un peu plus fines" mais indispensables. 

Emmanuel Macron a également convenu qu'il était ouvert à la discussion du strict confinement le week-end dans le Pas-de-Calais et à Nice. Les Hauts-de-France sont aussi concernés par des mesures supplémentaires.

Le Premier ministre Jean Castex annoncera ces nouvelles mesures jeudi 18 mars à 19 heures, lors d’une conférence de presse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.